An analysis of North Korea – February 2021

By Timo Schmitz

Economy: Situation on the markets (December 2020)

The year 2020 was an extremely tough one for North Koreans and December was no exception to that. Asiapress noted: “In North Korea, it’s been ten months since Kim Jong-un began extreme quarantine measures such as blocking the border with China and excessive control of residents’ behavior to prevent the spread of coronavirus. As a result, international trade with China has almost come to a halt, and the economy is stuck in a state of paralysis, causing stagnation in the flow and movement of people and goods. […] The authorities emphasized ‘self-reliance’ and ‘self-sufficiency’ and issued a decree to produce domestically instead of relying on Chinese products.”  1 In most parts of the country, due to the trade blockade, no more goods from China could be found on markets. Reports from Ryanggang and North Hamgyong showed that markets only focus on domestic farming trade, while “daily necessities such as toilet paper, sanitary products, (chemical) seasonings, soy sauce, tropical fruits (watermelon, mandarin oranges, bananas, etc.), cooking oil, candies, and confectionaries which are produced in China, disappeared from the market soon after the border blockade” 2. Though the country was facing a tough winter, “Foodstuffs such as rice, corn, flour, and potatoes [were] readily available in markets throughout the country, so there [were] no shortages.” 3 Nonetheless, many people lacked cash and suffered from shortages of their income. Both Daily NK and Asiapress reported that even urban citizens traveled outside of their cities and sneaked on the fields to search for rice and corn 4, which can be seen as a result of poverty. There were traders who sold rice, but many people could not afford it. Some places in North Korea were completely in a lockdown in the end of 2020, such as Chongjin and Hyesan. The latter one had a lockdown since November 2, “residents were banned from going out and the market was closed.” 5 Finally, in late December, 40 Oversea Chinese doing business in Pyongyang returned to China. They were transported with busses of the “Myohyang Mountain Tour Operation Service” (probably the name of a North Korean transportation company arranging trips from Pyongyang to the Myohyang Mountains) through the border in Sinuiju over the Friendship Bridge to Dandong.6 The businessmen said that the economy in the DPRK is severely in trouble and that they live in poverty due to the serious situation, so they preferred to leave the country and go back to China. 7

SUMMARY:

1) Every year, it is reported that people in North Korea are on the edge of starvation and it was often not really true. What is true, however, is that people are extremely malnourished in the DPRK and there is a lack of food supply. In December 2020, there was enough food in the markets, but as the economy harshly suffered from Corona policies, many people were too poor to buy food.

2) North Korea lacked many essential things for daily life as they are not produced domestically.

3) The few foreign traders in the country were leaving.

Economy (January 2020)

In the first week of the month, it was reported that the food supply system in Komdok (South Hamgyong) failed to provide enough rations due to delayed supply deliveries. Normally, the residents of the Komdok Mining Worker’s district receive a food supply worth 10 days.8 On the Eighth Party Congress Kim Jong-un admitted that the previous goals were not fulfilled and called for resolving urgent problems to stabilize the lives of the people. Before the start of the Eighth Party Congress, a so-called “80 day battle” was announced in which a boost of improvement should take place. On January 15th, it was reported by Daily NK that the Komdok Mine just started a 90-Day-Battle: “Gomdok Mine, which experienced significant damage from typhoons last year, recently began a ‘90-day battle’ to boost production, Daily NK has learned. A source in South Hamgyong Province told Daily NK yesterday that the Gomdok Mine has restarted operations despite the fact that not all of the typhoon damage to the facility has been repaired.” 9 The situation in Komdok, as well as in other worker districts, remained very tense. Commonly, when such kind of “battles” are pronounced, it means that people have to work everyday and cannot rest on holidays but have to fulfill their duty. What was very astonishing as well were recent reports of defections of different border guards, which showed how tense the economical situation was. Many soldiers were allegedly suffering from stress and on-going malnutrition. Sometimes, harassment by higher officials might be assumed as cause as well. Despite that, residents in Musan County (North Hamgyong Province) were asked to give away their best winter clothes to soldiers. 10 It is nothing uncommon that people in North Korea conduct donations in November or December each year which then are given to soldiers. But seemingly, soldiers recently lacked all kind of important necessities, like socks and warm underwear in the heard winter season. Some reports cited sources worrying that the recent situation could become like in the 1990s Arduous March, however, I doubt that the situation was that worse. Indeed, many infrastructural important facilities could not provide their stuff properly and due to import restriction, many household goods were lacking. But there was both: food and work. Unlike in the past, where people had to search for work to survive, many were recently confronted by a heavy workload and increasing overwork. This was actually more worrying. Furthermore, all the analyzed reports were from North Hamgyong, South Hamgyong and Ryanggang Provinces and therefore cannot depict the situation that appeared in January in the whole country, as these three provinces are known as “Rost Belt” as they are particularly underdeveloped compared to the rest of the country. Thus, the situation in other provinces might have shed a completely different light on the situation.

Anyways, it is out of question that the situation in general was more tense than in previous years where the number of kotchebi was reduced to a minimum. Due to the strict countermeasures against the Coronavirus which shut down the whole society, including most possibilities to make an income, they could have made a comeback: “An internal document issued by the Korean Workers’ Party reveals that the number of people who have lost their homes and are wandering around the streets has been increasing in many regions […]” 11 Furthermore, the government wants to continue its policy to avoid growing numbers of homeless and works on offering shelter to them.12 The central government seems to fear that due to homeless people wandering around, the novel Coronavirus might continue to be spread. Many homeless this winter seemed to suffer from a weak health. Local authorities shall “ensure that all wanderers in their own areas are rounded up in their local area and sent to aid stations to build up strength and recover so that they will not cause problems for emergency quarantine projects” 13. People who are caught which come from a different region shall be sent back to their home area. 14

SUMMARY:

1) About most regions in North Korea, we did not have any serious information recently, as many regions were still locked down in January and neighbourhoods were sealed off and many checkpoints were installed. Therefore, information did scarcely reach the border. Since the information we did know came from the Rost Belt, where things are always more tense than in other areas, one could not automatically conclude that the economy in the other regions was the same worse.

2) North Koreans in the Rost Belt were loaded with overwork and high production rates. Many citizens were extremely malnourished and their health condition was probably rather weak.

3) There was an increase in homeless people, something which first appeared in 2000 and almost completely disappeared until 2015 and which made a comeback since last year. (In December and January, it was reported that some people living on the streets froze to death.)

Economy (February 2020)

In February, the reports on the economic situation were rather weak. We do know three facts reported by Daily NK: (1) The exchange rate between the US-Dollar and the North Korean Won has climbed again as there were rumors that the trade could restart soon 15; (2) the government issued gifts to children on Kim Jong-il’s birthday, e.g. school children in lower grades in the anti-government stronghold Hoeryong were given sweets and school supplies: “According to a photo of the presents obtained through the source, the sweets included a bag of candy, two bags of snacks, a bag of bean candies and two rice crackers. The school supplies included 72 pencils, eight erasers, a set of 12 crayons, a 12-color watercoloring set, two gel ink pens, three ball pens, one pencil sharpener, one pencil case, four rulers and a school supply bin.” 16; (3) the government started to issue a new state-run home and family property insurance, participation in the insurance program is mandatory for all.17

Concerning the second point, the fact that only lower classes received goods might be an indication that there are not enough goods for all students, and especially since it was in an anti-government stronghold, I personally suppose that they received less gifts, because the regime traditionally benefits loyal people. However, this time, it is only an assumption by me, based on how the government normally uses to proceed (argument by analogy). It is no secret that benefits are distributed based on rank and social class, so elitarian circles (party members, government agents, and soldiers) usually benefit more. It would be a surprise if this was not the case this time. What is intriguing, however, is the variety of goods. So school children do have pencils, pens, erasers, and gel ink – something many in the West do not know, as it is often suspected that school children often lack even elementary goods, something which is rather a myth than reality, though indeed they do not have any luxury goods. If the goods are imported from China, they usually have a good quality, but domestic goods in North Korea rather tend to be poor in quality and probably will not last long.

Concerning the third point, citizens are extremely skeptical about the efficency of the new insurance. The materials which were read aloud in neighborhood meetings were written by the Korean People’s Insurance General Company, and claim to work for the benefit of the people and not for profit, the contract lasts for 250 years, and promise an extraordinary compensation for a low fee.18 In addition, compost production became a top priority at the 8th party Congress, and thus, Asiapress reported unsurprisingly that a “Compost Battle” has begun.19 Note that usually, human feces are collected and composted outside of the villages to use them later. Asiapress writes: “Compost is made in North Korea by mixing ash, soil, human feces, and straw. A ‘compost battle’ is always held at the beginning of each year to reach production targets but, this year, mobilization for production is much more strict. This is because Kim Jong-un gave such an order at the Korean Workers’ Party Congress, the Party’s most important event of the year.”20 As there is a quota which has to be met, people who cannot meet the quota start looking for excrements at public toilets.21 Furthermore, North Korea struggles to mobilize its telecommunication. It was reported by Daily NK: “major developments like next-generation internet are still a long way off, and the country will likely settle for improvements to existing facilities. According to a source, those improvements could be as basic as automating operator-connected phones.”22 Many places in the country still use manual switchboards from over 50 years ago, so the government planned to replace them now, but it is more than questionable whether they had the means to boost up the whole country. By the way, it is well-known that if a foreigner wants to dial a North Korean through an official North Korean phone number, one has to dial a central number and ask for being dialed, unless a very few numbers that are reachable immediately. One reason was assumed to be that the authorities can decide themselves whether they allow the call or not and are able to protocol who has foreign contacts. However, it seems that a major reason is the inability of direct calls, at least, in the countryside, so that one has to be manually connected. Nonetheless, the fact that the state can easier protocol foreign calls this way might be a reason why it will be unlikely that this procedure will be changed in the near future, even if automatic connection becomes possible.

SUMMARY:

1) There were economic relaxations and stabilizations, though only on a very small scale. High quota set by the government remained a big deal.

2) Traditionally, the government gives away a lot of gifts on Kim Jong-il’s birthday. This year, only school children of lower grades received gifts. Nonetheless, there was a brought variety of gifts.

3) The telecommunication network is still bad and though it was announced to make a boost, it seemed rather unlikely that major changes appeared.

Healthcare

North Korea has one of the worst medical structures in the world. Though North Korea indeed has a partially free medical health care system, it is extremely inefficient and medicine is lacking in many places. 23 (In the countryside, surgeries and heat has to be paid by the patient, and it is common to invite the staff to a dinner or meal, because they are extremely bad-paid.24) The situation worsened throughout the whole country due to the COVID-19 pandemic. However, there are clear differences in the quality of hospitals. Some highly professionalized hospitals, especially in urban areas do have a good structure, but most other hospitals simply lack even basic things.

Coronavirus situation

Summary on the first wave (2020): Schmitz pointed out “that until July 2020, the Coronavirus spread in North Pyongan, Rason, Nampo, North Hamgyong, South Pyongan and South Hwanghae. Reports from Chagang and Ryanggang were scarce. However, there were rumors that a few cases appeared in counties in Ryanggang bordering North Hamgyong.” 25 Officially, North Korea claimed zero cases, however, in a document entitled “경애하는 최고령도자 김정은동지께서 주체 109 (2020)년 7월 25일 당중앙위원히 정치국 비상확대 회의에서 한신 말씀” and which is marked top-secret, Kim Jong-un admits the outbreak of COVID-19 in his country. 26

Summary on the second wave (2020): In late July or August, a second wave slowly started, but hit the country. First reports came from North Hwanghae in July, followed by suspected cases in Ryanggang in August.27 In the end of July, the city of Kaesong was shut down after a returnee managed to cross through the DMZ into North Korea. On 20 August, the area around Samjiyon was put under a strict lockdown after two returnees crossed into the country via China into the DPRK, one of the women allegedly carried a positive COVID-19 test with her.28 In the end of August, a mass-outbreak appeared after the Youth Day Celebrations in Hamhung, and in November the Wonsan University of Fisheries was shut down after an alleged outbreak of COVID-19 cases in the students’ dormitory.29 Furthermore, Hyesan and Chongjin were put into a lockdown in November. The government continues its harsh ‘Keeping distance guidelines’.

In early or middle of January, a wedding took secretly place in Onsong County (North Hamgyong), though we could doubt that it was that “secret” as many guests were invited. After being denounced, all participants were told to be facing punishment now. 30 Nonetheless, most countries are enforcing distancing rules and it is a quite reasonable measure, so we shall not criticize that the government took action, but we have to observe that the punishments are in accordance with human rights standards. Suspected cases of the Coronavirus also appeared in Pyongyang after the New Year’s Parade was held. This means, the Coronavirus also arrived in the capital, the last spot which was assumingly free of COVID-19 in the country. At least 30 people were suspected cases and two people probably died. 31 One of the dead was a “55-year-old secretary of the party’s local branch in [K]yonghung-dong, Junggu District, Pyongyang”.32

After smuggling incidents, Hyesan and Samjiyon had to return to lockdowns in the end of January 33 (probably since January 29). Daily NK wrote: “According to the source, the lockdown sprang from a Jan. 27 incident in which two residents of Hyesan smuggled seasonings, sugar and soybean oil from China through the environs of Samjiyon. However, the illicit transaction became apparent the next day, and provincial Ministry of State Security agents put the two individuals under emergency arrest after a border guard who abetted the smuggling turned himself in.” 34 As a result of the new lockdown extreme problems were reported. Normally, the citizens were given food rations in previous lockdowns, because no one was allowed to leave the house under any condition. Food can only be preserved for a few days and rations supposedly did not arrive in time. According to Asiapress: “The electricity supply is available for an average of only 1 hour a day. It is so cold that people on the same floor are avoiding the surveillance and are gathering in houses with heaters.” 35 Asiapress published an interview in another article where he states: “There is almost no electricity these days, so even if I wanted to contact you in a hurry, I can’t charge my phone and it won’t connect. The authorities say, ‘If there is an emergency, stick a piece of paper on your door and a police officer will report it and take appropriate measures.”36 So different reporting partners agreed on the unbearable situation and the residents became more and more desperate. Even though the lockdown was said to last for 30 days, the anti-regime cries and anger became so loud that the lockdown was lifted on February 15. Reports of a rising death toll due to the lack of medicine and food appeared the days before.37 Note that Hyesan is a bordercity with quite a number of citizens, and the river to China can be crossed easily, despite the fact that the North Korean government has built fences (which fell down very easily) and resettled homes immediately at the border. Therefore, many people in Ryanggang seem to rumor that the real cause of the lockdown was to avoid defections. Even a reporting partner of Asiapress made that assumption openly: “According to a reporting partner living in Hyesan City, there have been many attempts by residents to flee to China since the beginning of January, and it is believed that this is because Kim Jong-un has criticized Hyesan City for its illegal activities and directly ordered the lockdown.” 38 Following incidents of smuggling, some towns in Chagang were put under quarantine in February 3. The lockdown in Chasong and Manpo was announced to last until 7 March, but was lifted already after two weeks.39 A reporting partner said, the lockdown was lifted early “about 100 people each starved to death in Chasong and Manpo during the lockdown period”.40 Food rations were distributed with the lifting.41

SUMMARY:

  1. The novel Coronavirus spread to every province. Even the capital Pyongyang which was isolated and needed special entry permissions became affected in January.
  2. Hyesan was suffering under its lockdown and many were extremely desperate. The anger against the regime went so far that the government lifted the lockdown earlier. Hyesan is situated on a major smuggling route, but also defections from Hyesan were said to appear more commonly. Also in Chagang, a lot of deaths occurred in lockdowns, so that the lockdown was lifted earlier. In the lockdowned arears in Chagang, food provisions were finally delivered after the lift.
  3. Health-care in North Korea remains a tense issue.

Government

What remains rather uncertain is why Kim Yo-jong was degraded, as she actually had to leave the Politburo in January 2021. Does the double rule already end before it begun? Of course, speculations that she fell in disgrace became widespread very fast, but I do not see any sign of it. Indeed, her strategy to gain prestige in the country by hatespeeching others worked within the country, as many showed loyalty to her, but it ruined her prestige outside of the country. However, she is the closest ally to her brother and they are not only close in politics, but also as brother-sisters extremely close, as both were sent to Switzerland in their childhood to receive education. They share a common fate, so it is unlikely that Kim Jong-un lets her sister fall. Furthermore, there is no indication that he was dissatisfied with her politics. As we remember, Kim Jong-un had serious health issues last year, and thus, her sister was seen as a possible heir. The fact that she received a lower rank now might be an indication that he fully recovered and is able to continue his government affairs. Nonetheless, I think she will remain one of the most powerful people in the country. One possibility, of course, might be a structural change within the government, though this is uncertain. She will probably soon appear in another high-profile position. 42

As a follow-up of the Eighth Party Congress, “authorities [were] conducting public lectures on ‘squashing anti-socialist and non-socialist acts’”, as of Daily NK. 43 This is actually very interesting, because the government left the Socialist path long ago, and every citizen knows that it turned into a Confucius-styled monarchy. Confucian credos and tenors are widespread and still the government promotes itself as a sound Socialist system. Why don’t they break with Socialism in their propaganda? Most Koreans see their Koreanity and the nationalist values implemented by the DPRK more important anyways, then the Socialist lectures which everybody on the spot easily identifies as meaningless words, as the teachings and the reality are too far apart. How does the government want to regain trust among its citizens if their propaganda drives away even further from reality? According to Daily NK “the lecturer first called on audiences to remember that ‘non-socialist acts are frightening crimes that render cracks in our single-minded unity firmly bound to the party and disintegrate the socialist system,’ encouraging them to ‘keep up the fight’ to ‘squash these phenomena.’” 44 It seems that isolation goes on and crackdowns will most likely continue. Meanwhile, defections also continued. After soldiers who were sent to secure the border allegedly disappeared, a new case of a possible defection became prominent in South Hwanghae. It was said that a security guard and a discharged soldier, together with two other people volunteered to clean a beach from garbage in Ryongyon County and borrowed boats from a government organization with permission. The four people, however, disappeared, most likely with one boat, shortly after their mission ought to begin. 45 Authorities tell locals that the four died in a fishing accident, not to motivate further people to defect. According to Daily NK: “Several defection attempts and smuggling operations occurred near the Sino-North Korean border in North Pyongan Province during the Eighth Party Congress […]”. 46 At least three people were killed by patrol guards, while two survived. 47

On 25 January 2021, Radio Free Asia reported that already in 2019, a North Korean diplomat defected to the South. Seemingly, it did not became public before and the South Korean authorities did not want to confirm the case. However, it would be the third case of such a high-ranking defection, after a diplomat sent to the United Kingdom and another one in Italy defected in the last years. The diplomat in question was stationed in Kuwait which is strategically important for the Kim regime: “Ko, formerly the first secretary at the North Korean embassy in Congo, told RFA that the embassy in Kuwait earned a considerable amount of foreign currency by selling weapons during the 1980-1988 Iran-Iraq War.” 48 People sent abroad often are struggling with a heavy workload and are demanded to give away almost everything they earn to the state. Many abroad cannot fulfill the high quota of how much they shall give to the state or are unable to fulfill difficult tasks due to their limited resources.49 For this reason, even high-ranking people, such as diplomats, migrant workers and soldiers – in other words: people considered loyal to the state – started defecting.

SUMMARY:

  1. There were structural changes within the government going on. We do not know much about them yet.
  2. Defections became more widespread as people as many were in a desperate situation. Even those who are considered loyal take defections into consideration.

Human rights

In the last decade, the human rights situation improved increasingly, and until 2014, the most notorious prison camps were closed. However, in 2019, citizens were sent to forced labor for minor law violations, something which did not happen before for a long time.50 Following the Eighth Party Congress in January this year, it was announced that prisons shall be enlarged and crackdowns increased. A reporting partner told Daily NK in February that authorities were cataloging prisoners after ideological tendencies, their crime record and past behavior as well as their current condition to choose which kind of labor, they ought to do in the future.51 According to Daily NK: “There are currently four known political prison camps run by the Ministry of State Security, while one camp is known to be run by the Ministry of Social Security. It is unusual for North Korea to push for expanding its facilities.”52 In addition, torture remains a large problem. Here again, an example was given by Daily NK. On 28 January 2021, a man named Kim and a women named Han tried to defect from Hyesan, but were caught by “undercover counterintelligence agents from the provincial security department.”53 They were interrogated and tortured and should confess that they wanted to head to South Korea, which they denied.54 After the denial they were hanged upside down with their head and also hit with clubs.55 As both were classified as spies, they will most likely face severe punishment. As a result of the torture, Han, who is in her twenties, was said to show symptoms, such as sudden laughter and sobbing.56

Additionally, North Korea also searches for defectors in foreign countries, as new allegations from Russian sources to Radio Free Asia shall show. In Russia’s Far East, there are quite a few North Korean construction workers, but there were also quite a few defections assumed. For instance until last year, 10 North Koreans ran away from a single construction site in Khabarovsk.57 Defections in Vladivostok were also rumored.58 Whether these claims were true at all is not certain, because for many North Koreans, it is an honour to work abroad. They can make a living for themselves and their villages, and therefore, raise in social status.59 Therefore, indeed, defections are rather unlikely, though not impossible. Nonetheless, a source mentioned to Radio Free Asia that it was told “among the ethnic Korean communities in Nakhodka, Khabarovsk and Ussuriysk that you can receive a bounty if you report a North Korean worker that has escaped from a local construction site.”60 A major question, of course, is also how North Korea wants to finance the large bounties, since they hardly have any means. Anyways, it is well documented that North Korean authorities also monitor their workers abroad, and in Siberia, for instance, they sometimes live in model villages which look like North Korean villages, including propaganda posters, so that they feel home. In these villages, they are supervised as well. The villages are sometimes wrongly labeled “labor camps” in Western media, something which they are actually not. Nonetheless, the human right conditions in North Korea are extremely worrying.

SUMMARY:

  1. The government plans to increase its prisons and labor camps. It was also announced that crackdowns against “anti-socialist behavior” will be increased as well.
  2. Torture and inhuman treatment is a severely worrying fact!
  3. North Korea also monitors their workers abroad and search for defectors.

Literature:

[1] Kang Ji-won, ISHIMARU Jiro: Inside N. Korea “No Soap but Many Broken-Down Cars”: The Reality of Life Under the Paralyzed COVID-19 Economy. ASIAPRESS/ Rimjin-gang, 22 December 2020. http://www.asiapress.org/rimjin-gang/2020/12/society-economy/covid19/, retrieved on 1 January 2021.

[2] ibid.

[3] ibid.

[4] Jong So-yong: N. Hamgyong Province intensifies efforts to prevent rice from being taken out of rural towns. Daily NK, 30 December 2020. https://www.dailynk.com/english/north-hamgyong-province-intensifies-efforts-prevent-rice-taken-out-rural-towns/, retrieved on 1 January 2021; Ishimaru Jiro: Residents of N. Korea’s Embattled Cities Face Starvation Amid Continuing Coronavirus Blockade. ASIAPRESS/ Rimjin-gang, 16 December 2020. http://www.asiapress.org/rimjin-gang/2020/12/society-economy/starvation/, retrieved on 1 January 2021.

[5] Kang Ji-won, ISHIMARU Jiro: Inside N. Korea Residents Face Starvation as Border City is Blocked Off to Contain Potential COVID-19 Outbreak. Asiapress/ Rimjin-gang, 1 December 2020. http://www.asiapress.org/rimjin-gang/2020/12/society-economy/korona-2/, retrieved on 1 January 2021.

[6] 文东熙: 在丹东发现居住平壤的40名华侨……“因为经济危机回到中国. Daily NK, 28 December 2020. http://china.dailynk.com/chinese/read.php?num=17281&cataId=nk00600, retrieved on 4 January 2021.

[7] ibid.

[8] 정서영: 양력설 맞아 검덕지구 물자 공급거리두기에 배급은아직’. Daily NK, 4 January 2021. https://www.dailynk.com/양력설-맞아-검덕지구-물자-공급거리두기에-배급/, retrieved on 4 January 2021.

[9] Jong So Young: Gomdok Mine is in the midst of a “90-day battle”. Daily NK, 15 January 2021. https://www.dailynk.com/english/gomdok-mine-midst-90-day-battle/, retrieved on 18 January 2021.

[10] Lee Chae Un: Musan County residents asked to provide their best winter clothes to soldiers. Daily NK, 14 January 2021. https://www.dailynk.com/english/musan-county-residents-asked-provide-their-best-winter-clothes-soldiers/, retrieved on 18 January 2021.

[11] Kang Ji-won, ISHIMARU Jiro: Inside N. Korea Authorities Ordered to House More Homeless, Internal Documents State, as Economic Paralysis of Coronavirus Worsens. Asiapress/ Rimjin-gang, 13 January 2021. http://www.asiapress.org/rimjin-gang/2021/01/society-economy/coronas-economic/, retrieved on 18 January 2021.

[12] On previous tries to fight homelessness, see Timo Schmitz: An analysis on North Korea – December 2020. 31 December 2020. https://schmitztimo.wordpress.com/2020/12/31/an-analysis-on-north-korea-december-2020/, retrieved on 18 January 2021.

[13] Kang & Ishimaru, 13 January 2021.

[14] ibid.

[15] cp. Jang Seul Gi: USD-KPW exchange rate begins climbing amid hopes for restart in trade. Daily NK, 1 February 2021. https://www.dailynk.com/english/usd-kpw-exchange-rate-begins-climbing-amid-hopes-restart-trade/, retrieved on 21 February 2021.

[16] Lee Chae-Un: North Korea provides gifts to children for Kim Jong Il’s birthday. Daily NK, 18 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-provides-gifts-to-children-for-kim-jong-ils-birthday/, retrieved on 21 February 2021.

[17] Lee Chae Un: North Korea tries to sell state-run insurance scheme to people in some regions. Daily NK, 2 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-tries-sell-state-run-insurance-scheme-people-some-regions/, retrieved on 21 February 2021.

[18] ibid.

[19] Rimjingang: Inside N. Korea Nationwide Compost Battle Begins: Kim Jong-uns Huge Demand for Home-Made Fertilizer Spurs Human Feces Thievery. Asiapress/ Rimjin-gang, 1 February 2021. https://www.asiapress.org/rimjin-gang/2021/02/society-economy/compost-battle/, retrieved on 21 February 2021.

[20] ibid.

[21] cp. ibid.

[22] Mun Dong Hui: North Korea’s efforts to improve telecommunications environment face many hurdles. Daily NK, 19 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-efforts-improve-telecommunications-environment-face-many-hurdles/, retrieved on 21 February 2021.

[23] 장슬기: 있어도 구해”…코로나 사태로무상의료제도 악화. Daily NK, 4 January 2021. https://www.dailynk.com/돈-있어도-약-못-구해-코로나-사태로-北-무상의, retrieved on 4 January 2021.

[24] cp. also Tae-Il Shim: Ask a North Korean: what is the healthcare system in the DPRK really like?.  NK News, 21 February 2020. https://www.nknews.org/2020/02/ask-a-north-korean-what-is-the-healthcare-system-in-the-dprk-really-like/, retrieved on 21 February 2021.

[25] Timo Schmitz: An analysis on North Korea – December 2020. 31 December 2020. https://schmitztimo.wordpress.com/2020/12/31/an-analysis-on-north-korea-december-2020/, retrieved on 1 January 2021.

[26] Kang Ji-won: North Korea Under Strict Coronavirus Watch Again, Military Soldiers Ordered to Stay on Base. ASIAPRESS/ Rimjin-gang, 26 November 2020. http://www.asiapress.org/rimjin-gang/2020/11/military/korona/, retrieved on 2 January 2021.

[27] Schmitz, 31 December 2020.

[28] ibid.

[29] ibid.

[30] 김유진: 거리두기규정에도 결혼식 주최·참석한 주민들 처벌 위기. Daily NK, 18 January 2021. https://www.dailynk.com/거리두기-규정에도-결혼식-주최·참석한-주민들-처, retrieved on 18 January 2021.

[31] Ha Yoon-Ah: At least 30 suspected COVID-19 cases emerge after New Year’s performance. Daily NK, 14 January 2021. https://www.dailynk.com/english/at-least-30-suspected-covid-19-cases-emerge-after-new-year-performance/, retrieved on 22 February 2021.

[32] ibid.

[33] Lee Chae Un: Hyesan, Samjiyon under lockdown following smuggling incidents. Daily NK, 4 February 2021. https://www.dailynk.com/english/hyesan-samjiyon-under-lockdown-following-smuggling-incidents/, retrieved on 8 February 2021.

[34] ibid.

[35] Kang Ji-won & ISHIMARU Jiro: Emergency Interview on North Korea A woman living in Hyesan City under lockdown, speaks in a painful voice: “If this continues, I will starve to death.” Asiapress/ Rimin-gang, 8 February 2021. https://www.asiapress.org/rimjin-gang/2021/02/society-economy/locked-down/, retrieved on 22 February 2021.

[36] Kang Ji-won: Inside N. Korea Crime and Suicide on the Rise as Border City Residents Face Starvation in Second 30-Day Lockdown. Asiapress/ Rimjin-gang, 9 February 2021. https://www.asiapress.org/rimjin-gang/2021/02/society-economy/lockdown-2/, retrieved on 22 February 2021.

[37] Kang Ji-won: Inside N. Korea Hyesan Lockdown Lifted Early Due to Local Reports of Starvation. Asiapress/ Rimjin-gang, 18 February 2021. https://www.asiapress.org/rimjin-gang/2021/02/society-economy/hyesan-lockdown-lifted/, retrieved on 22 February 2021.

[38] Kang & Ishimaru, 8 February 2021.

[39] Ha Yoon Ah: North Korea lifts lockdowns in Chagang Province’s Chasong and Manpo. Daily NK, 23 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-lifts-lockdowns-chasong-manpo-chagang-province/, retrieved on 23 February 2021.

[40] ibid.

[41] ibid.

[42] The issue was also reported by Radio Free Asia, their report can be read here: Eugene Whong: North Korean Leader’s Sister Retains Power Despite Formal ‘Demotion’. Radio Free Asia, 15 January 2021. https://www.rfa.org/english/news/korea/kimyojong-01152021102656.html, retrieved on 8 February 2021.

[43] Lee Chae Un: North Korea conducts lectures on “squashing anti-socialist” acts. Daily NK, 8 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-conducts-lectures-squashing-anti-socialist-acts/, retrieved on 8 February 2021.

[44] ibid.

[45] Jong So Yong: Four people in a wooden boat disappear from waters off Ryongyon County. Daily NK, 8 February 2021. https://www.dailynk.com/english/four-people-wooden-boat-disappear-waters-off-ryongyon-county/, retrieved on 8 February 2021.

[46] Ha Yoon Ah: Several defection attempts and smuggling operations occurred during the party congress period. Daily NK, 26 January 2021. https://www.dailynk.com/english/several-defection-attempts-smuggling-operations-occurred-during-party-congress-period/, retrieved on 8 February 2021.

[47] ibid.

[48] Yong Jae Mok: Third High-Profile North Korean Diplomat Defected to South Korea in 2019. Radio Free Asia, 25 January 2021. https://www.rfa.org/english/news/korea/ryu-01252021222750.html, retrieved on 8 February 2021.

[49] also compare ibid.

[50] see also my 2020 report which mentions the shift from 2019 to 2020: Timo Schmitz: Analysis on the recent situation in North Korea – 2020. 12 April 2020. https://schmitztimo.wordpress.com/2020/04/12/analysis-on-north-korea-2020/, retrieved on 23 February 2021.

[51] Mun Dong Hui: North Korea orders expansion of political prison camp system. Daily NK, 19 February 2021. https://www.dailynk.com/english/north-korea-orders-expansion-political-prison-camp-system/, retrieved on 23 February 2021.

[52] ibid.

[53] Lee Chae Un: Two North Koreans attempting to flee across border arrested in Yanggang Province. Translated by Audrey Gregg. Daily NK, 19 February 2021. https://www.dailynk.com/english/two-north-koreans-attempting-flee-across-border-arrested-yanggang-province/, retrieved on 23 February 2021.

[54] ibid.

[55] ibid.

[56] ibid.

[57] Kim Jieun: North Korea Puts $10,000 Bounty on Escaped Construction Workers in Russia. Translated by Leejin Jun. Radio Free Asia, 16 February 2021. https://www.rfa.org/english/news/korea/russia-02162021174627.html, retrieved on 23 February 2021.

[58] ibid.

[59] see also Andrei Lankov: The Real Story of North Korean Labor Camps in Russia. Carnegie Moscow Center, no date. https://carnegie.ru/commentary/71473, retrieved on 29 April 2020.

[60] Kim, 16 February 2021.

Published on 23 February 2021.

My guest appearance in Lisa Tomey’s podcast “The Prolific Pulse Poetry Podcast”

I was a guest in Lisa Tomey‘s “Prolific Pulse Poetry Podcast”. Click here and you will be redirected to Youtube to see the recording. (Disclaimer: Since it is a third party link, please take a look on the Privacy Policy page of Youtube to manage your privacy policy options. I have no influence on their use of cookies.)

[Buchauszug] Einleitung aus „Organisierter Konflikt in der digitalen Demokratie“

Das Internet ist ein Bereich, der sich fest in unserer Lebenswelt etabliert hat. Es ist heute gar nicht mehr aus dem Alltag wegzudenken und für viele ist es Fluch und Segen zugleich. Auf der einen Seite bietet es einen schnellen Austausch und bedeutet die Freiheit von innerstaatlichen Informationsmonopolen, auf der anderen Seite hat es aber bereits ein dreckiges Geschäft um Meinungsmache entwickelt. Die Politik hat bisher das neue Medium komplett unterschätzt. Sie traut sich auf vielerlei Ebenen noch nicht zu, die Demokratie zu digitalisieren – und das, obwohl es heute schon möglich wäre und dem immer größer schwindenden Vertrauen zwischen Politik und Volk eine optimale Abhilfe schaffen könnte. Bereits 1972 hat Helmut Krauch in seinem Buch „Computer Demokratie“ ein düsteres Bild von der analogen Gesellschaft gezeichnet und ein immer größer werdendes Legitimitätsproblem des politischen Systems aufgezeigt. Für die digitale Demokratie dagegen sieht er die Chance einer gesellschaftlichen Redemokratisierung. In vergangenen Artikeln habe ich mich viel mit Öffentlichkeit und kritischer Veränderung beschäftigt – das Potential des wichtigsten Mediums, welches ja auch ich tagtäglich vornehmlich nutze, dabei aber als Instrument der Öffentlichkeit völlig außer Acht gelassen. Leider ist das Werk von Krauch heute vergriffen und es ist nicht mehr allzu einfach an dieses für die Demokratietheorie bedeutende Werk heranzukommen – auch wenn es nicht unmöglich ist. Aus diesem Grund möchte ich Krauchs Werk tiefergehend analysieren, gerade weil das Thema Computerdemokratie heute so enorm wichtig ist. Ziel ist es, ein positives Momentum aufzuzeigen, wie man das Worldwide Web als sinnvolles partizipatorisches Mittel nutzen kann und der Politik Mut zu machen, sich verstärkt in die digitale Welt vorzutrauen. Es liegen enorme Chancen für die Politik darin, wie ich zeigen möchte, und die Politik sollte diese Nutzen, denn bereits verschiedene Interessenträger nutzen das Internet, um den Bürger zu beeinflussen und eventuell sogar zu desinformieren. Diesem negativen Effekt kann man nicht durch Zensur entgegentreten; schon gar nicht durch die Fortführung einer analogen Politik. Auch die Politik muss sich digitalisieren, um wieder den Bürger ansprechen zu können.

Einleitung aus Timo Schmitz: Organisierter Konflikt in der digitalen Demokratie. Berlin, 2019. ISBN 978-3-750265-16-5.

Un survol global de l’histoire de l’Afrique, Partie 1 : Le fait que les races n’existent pas et une introduction à la diversité africaine. Du commencement jusqu’au Néolithique.

Ecrit par Timo Schmitz

L’Afrique est un continent très sous-estimé dans l’Ouest. Même dans un monde qui est déterminé par la globalisation, il existe beaucoup des stigmatisations et clichés, e.g. que tous les Africains sont pauvres, naïfs et inéduqués. La colonisation a laissé une vue sur ce continent qui ne correspond pas du tout à la réalité et qui discrimine les Africains, même au 21ème siècle. Le racisme est un résultat de l’impérialisme et jusqu’aujourd’hui, beaucoup de pays européens n’a pas encore retravaillé les horreurs dans leur histoire. C’est pour ça que tous les préjugés continue à survivre, parce qu’il manque de la critique et de l’autoréflexion au peuple européen. Dans ce papier, je veux introduire des faits sur l’histoire africaine, qui même si elle est publiée depuis des décennies, n’est pas bien connue en dehors l’Afrique. En fait, dans beaucoup de classes d’histoires en Europe, on apprend seulement la vision de l’impéralisme, mais pas la vision de ce pays qui a tant souffert. Les cours d’histoire en Europe sont encore très « blancs », et je pense que c’est important d’admettre que les Africains ont leur propre histoire, conquêtes aussi. Bien sûr, je ne peux pas quitter mon corps et devenir un Africain, alors je ne peux que présenter cette vue d’une manière d’un Européen qui aime l’Afrique, mais j’espère qu’avec cet article, je peux soutenir les Africains avec leur lutte pour être écoutés également et que je peux soutenir une « déblanchisation » de l’histoire de l’Afrique.

Dans la science, l’Afrique est regardée de perspectives différentes. Comme Kaké le dit clairement : « certains, les ethnologues surtout, voient l’Afrique comme une mosaïque de ‘peuples’ et d’ ‘ethnies’ ; d’autres, les historiens, insistent sur l’ ‘unité’ des civilisations négro-africaines » (1977 : 11) On trouve le même clivage dans la philosophie politique de l’Afrique ou l’idée d’une « Afrique uni » (One Africa) était prédominante et propagée dans les ex-colonies britanniques tandis que la Négritude était importante dans les ex-colonies où les français était la langue dominante. (Schmitz, 2017 [2020]) La première pensée défend que l’Afrique doit s’unir comme une unité, la deuxième pensée défend que l’Afrique est trop hétérogène pour former une unité et qu’ils y existe beaucoup de « cultures » et « sous-cultures », mais ce qui unit tous les Africains, c’est leur peau noir et leur fierté d’être africain. (ibid.) Alors, qui a raison et est-ce que c’est vraiment si facile de classifier l’Afrique comme cela ou est-ce que c’est encore une fois un tiroir de l’Ouest ? Et est-ce qu’on peut vraiment unir la diversité africaine et est-ce que cela est raisonnable ?

Les mystères concernant l’Afrique commencent dès l’Antiquité. Les Grecs de même que les Arabes pensaient que le continent est désert et inhabité. Quand on voit le climat, cette explication n’est pas du tout étonnante. Les déserts sont très chauds et secs ce qui pousse les gens vers les régions équatoriales. Mais le climat équatorial et la géographie poussent les gens encore et comment est-ce qu’on peut imaginer que quelqu’un peut survivre dans les déserts et les forêts tropicales ?  En fait, la vie était arrivée de bonne heure au continent. Aujourd’hui, on croit que les premiers peuples en Afrique étaient les Pygmées et des Khoi-San. Les Pygmées ont un teint plus rouge que noir, un nez triangulaire, même qu’ «une piloité faciale très dense chez les hommes, une chevelure non crépue » (Kaké, 1977 : 12) Leur taille en moyenne mesure entre 1,44 et 1,55 m.(ibid.) Car ils sont plus vieux que les peuples « nègres », on les appellent les peuples « pré-nègres ». Il est donc intéressant que le terme « Pygmée » soit «Largement utilisé par les non-Pygmées, mais très rarement par les Pygmées eux-mêmes. Les étrangers l’utilisent souvent par dénigrement. La plupart des Batwa de la région des Grands Lacs n’aiment pas ce terme parce qu’ils ne l’entendent que dans le contexte d’insultes de la part de leurs voisins, mais les militants batwa ont tendance à l’approuver et à en faire usage. Ils voient un avantage à être identifiés aux premiers habitants de leur région et désirent se montrer solidaires des autres groupes pygmées d’Afrique du Centre. » (Lewis, 2001 : 5) Dans le passé, ils ont habité de l’Afrique de l’Est de la Nubie jusqu’au Congo, Gabon et Cameroun. (cf. Kaké, 1977 : 13). Aujourd’hui, il n’y reste que quelques îlots de peuplement et les Pygmées font face à des discriminations. Une raison en est la sécheresse, mais aussi l’introduction de la métallurgie chez les autres peuples. Les Pygmées, en contraire, ont continué le travail dans les forêts jusqu’à aujourd’hui. (Kaké, 1977 : 13) Quand même Bahuchet note que les « Pygmées d’Afrique centrale sont connus comme une des dernières populations du monde à vivre encore de la chasse et de la cueillette. » (1991 : 5) Lewis donne la définition selon laquelle c’est «un terme abstrait qui désigne les peuples de chasseurs-cueilleurs et d’anciens chasseurs-cueilleurs de petite taille vivant dans les forêts équatoriales et dans les régions voisines en Afrique du Centre. » (Lewis, 2001 : 5) Malheureusement, on ne sait plus quelles langues les Pygmées parlaient, parce que linguistiquement, ils se sont assimilés au peuple Bantou. (cf. Kaké, 1977 : 14)

Comme les Pygmées, les Khoisans sont un des groupes les plus anciens du monde. A l’époque coloniale, quelques ethnies khoisanes étaient appelées « hottentot », mot qui est donné par néerlandais qui comprenaient « hot hot » à cause des clics dans la langue des Khoisans. Ce mot se trouve dans la littérature ancienne, mais comme c’était utilisé d’une manière péjorative, ce terme est considéré discriminatoire aujourd’hui et on ne l’utilise plus. Les Khoisans vivent dans le sud de l’Afrique, particulièrement en Angola, Botswana, Namibie et Afrique du Sud. Un travail très important sur ce peuple est la publication d’Isaac Schapera « The Khoisan Peoples of South Africa: Bushmen and Hottentots » qui fut publié en 1930 et donne des définitions sur ces ethnies.

Concernant la majorité qui habite le continent africain, Kaké parle de la « race nègre » (1977 : 16), un terme qui n’est pas du tout sans problèmes. En premier lieu, on sait aujourd’hui que les races n’existent pas, il n’y a pas de races humaines dans ce monde. En deuxième, le mot « nègre » est souvent connoté très négativement ou péjorativement. Le problème ici, c’est de trouver une terminologie qui n’est pas raciste et quand même acceptable pour tous. C’est clair que toute l’humanité est une grande famille, mais néanmoins nous sommes très divers. On doit exprimer ces différences si on veut pratiquer l’anthropologie, mais c’est dangereux si d’autres gens en abusent en utilisant « un darwinisme social ».  Même que Martin Luther King parlait d’un « negro », un terme raciste, qui était trop habituel pour lui, Kaké qui est africain lui-même est un enfant de son temps et n’utilise pas ce mot dans une manière négative. Comme il l’explique, chez les « nègres » de l’Afrique « se retrouve un même type humain caractérisé par certains particularismes : couleur allant du ‘marron clair au noir absolu’ ; cheveux crépus, lèvres épaisses, nez long et plat, yeux noirs ou bruns, prognathisme (menton avancé par rapport au front), dolichocéphalie ou mésocéphalie (tête allongée ou moyenne), cambrure des reins, pilosité au-dessous de la moyenne, assez grand développement du système sudoripare, épaules larges, hanches étroites et membres longs ; la taille varie d’environ 1,73 m (Mossi, Gourma) à 1,60 m  (Mende de Sierra-Leone) » (ibid.) Il les désigne comme une race unique. Mais encore une fois, la terminologie est imprécise. Le problème que les mots faux créent une réalité fausse est aussi abordé par Alain David qui utilise le terme « nègre » pour présenter la difficulté : « Je vais donc parler des nègres, selon la crudité de ce mot, tels qu’ils figurent, sans figurer, dans le discours philosophique, présence absente et absence d’une présence, faisant donc retour selon cette accentuation même, sur ce discours, pour y indiquer l’incidence d’une crise, crise dont les effets sont sans doute immédiatement perceptibles dans la réalité africaine contrainte d’assumer la rationalité occidentale – il n’en est peut-être pas d’autre – et qui dessine donc, mais dans des termes inscrits au défaut de la rationalité – ce qui ne signifie pas, surtout pas, dans ‘ l’irrationnel ’ – les contours ou la promesse dans l’immanence des cultures, d’une condition humaine commune. » (1990 : 121) Alors, d’une manière philosophique, il existe une qualité essentielle, par exemple « l’homme ». Chaque homme est un homme – c’est son essence, son universel, son Etre. Tout ce qui est commun à chaque homme, c’est dans son Etre, et ce qui diffère entre les hommes , mais qui ne change pas son statut d’être, cela s’appelle l’accident chez les grecs. Donc, « Il faut qu’un nom soit ajouté au blanc et au noir qui ne sont opposés que selon la matière. Différence accidentelle: Caillas est blanc, mais c’est par accident seulement qu’il l’est. La différence de la couleur n’affecte pas la définition. » (David, 1990 : 122) Le mot « accident » n’a pas de connotation négative, ce n’est pas comme un accident de la route, mais l’accident dans la philosophie, cela veut dire ce qui peut changer entre ceux qui ont le même statut (pour le statut, voir Schmitz, 2020). Le grand avantage ici, c’est que « La métaphysique n’est pas raciste, elle ignore le trouble des couleurs. » (David, 1990 : 122) Mais le problème c’est comment est-ce que je peux designer les noirs en Afrique pour les distinguer des Pygmées, les blancs en Afrique de même que les africains jaunes ? Je ne veux pas utiliser cette désignation pour une distinction « raciale », mais pour les distinguer des autres peuples dans mes explications. Pour cela, «Métaphysiquement, blanc ou noir cela ne faisait pas de différence. Anthropologiquement, il en va tout autrement : l’anthropologue se doit de tenir compte des conditions particulières de vie, du climat, de la nature, de tout ce qui fait […] » (David, 1990 : 125) Mais « il faut trouver un discours de la dignité : celui pourtant que la métaphysique revendiquait pour elle – un discours où les Noirs aient leur place à côté des Blancs. » (David, 1990 : 127).

Aujourd’hui, on ne sait pas exactement d’où les peuples noirs sont issus, mais on est sûr que la zone du Sahara était habitée par eux avant le dessèchement de la savane. (Kaké, 1977 : 16). Vers environ le 9ème siècle, les grands royaumes apparaissent dans l’Afrique occidentale (Kaké, 1977 : 17) et on ne peut pas décrire leurs sociétés comme primitives ou inorganisées. Mais, dans les régions montagneuses isolées, les populations peuvent préserver leurs vies sans hiérarchie, de même que leurs traditions, religions anciennes et valeurs sociales. (cf. Kaké, 1977 : 18) De plus, il est possible que les grands civilisations africaines, comme l’Egypte ancienne, étaient noires. Un défendeur de cette thèse est le grand historien sénégalais Cheikh Anta Diop. (Kaké, 1977 : 17) Même en Afrique centrale dans les régions du Congo, on trouvait « des ‘vieux royaumes’, du XIIIe siècle de notre ère à la fin du XVIIIe siècle. » (Dianteill, 2002 : 62) Quand les Portugais abordent les côtes du royaume du Kongo en 1482, le pays était déjà puissamment établi. (ibid.) De même, l’Ethiopie, le seul pays d’Afrique qui n’a jamais été colonisé, avait son grand royaume. Lasta, la capitale, « constitue au début du XIIIe siècle le centre politique du royaume des Zāgwē. Mais après la chute de cette dynastie, le Lāstā n’apparaît plus dans les listes des gouverneurs régionaux et, au XVIIIe siècle, figure même comme une région tendant à l’autonomie par rapport à un pouvoir désormais installé dans la région de Gondar. L’option chronologique adoptée, le Lāstā après la chute des Zāgwē entre les XIIIe et XVIe siècles, repose sur deux constats. Tout d’abord, très peu de documents d’époque nous sont parvenus concernant les Zāgwē eux-mêmes, ce qui rend quasiment impossible toute étude sur cette région avant le XIIIe siècle. » (Derat, 2009 : 66 f.) Après la fin de la dynastie Zagwé, la région a perdu son influence énorme. (Derat, 2009 : 65) Quand même, on croit que le Dahomey était un royaume exceptionnel (cf. aussi les explications dans Fuglestad, 1977).

Dans l’Antiquité, les Romains étaient allés jusqu’aux frontières des peuples noirs, et ils les appelaient les « maures », un nom qui se trouve jusqu’à aujourd’hui dans le nom du pays « Mauritanie ». Dans le Moyen-Age, les arabes ont appelé la zone au sud du Sahara « bilad as-sudan », le pays des noirs, et comme cela, tous les noirs étaient connus comme « soudanais » pour eux (Kaké, 1977 : 18), un nom qui se trouvent aujourd’hui dans le nom du pays « Soudan » et le « Sud-Soudan ». Mais en fait, ce nom n’est pas du tout précis. Comme Kaké (1977 : 18 f.) indique, les « noirs » sont très hétérogène avec des langues différentes, les religions diffèrent et leur propre économie et structures sociales. Alors, ce qui était appelé « nègres » dans le passé est un mot qui ne peut pas du tout représenter la vérité. Et c’est le même avec les termes « Caucasiens » et « Mongoloïdes ».  Les gens en Europe et l’Asie sont trop hétérogènes pour être classifiés de cette manière, et même si on trouve beaucoup de différences entre eux, ils sont tous des humains, et pour cela, quand on dit « un homme noir » ou « un homme blanc », la spécification est une attribution accidentelle, mais ils ont le même statut, l’homme. Pour cela, la mention des accidents c’est seulement une spécification pour distinguer une particularité. Si je veux parler sur les problèmes sociaux de l’Afrique du Sud, puis-je utiliser la couleur de peau afin d’attirer l’attention sur ce que ceux touchés par un tel “accident” – ici la couleur “noire” – sont défavorisés dans la société. Alors, pourquoi j’ai utilisé les termes raciaux dans les derniers paragraphes ? Je les ai utilisés parce qu’on analyse un livre de Kaké et il a utilisé ces termes parce qu’ils étaient très courants dans son temps. Pour comprendre que les races n’existent pas, mais aussi pour comprendre comment Kaké, un auteur africain a compris l’Afrique lui-même, on ne peut pas éviter de prendre sa perspective pour faire de la critique après. Les termes raciaux étaient si courants même pour les Africains qui étaient anti-racistes, parce que même si on sait que nous sommes une famille, on doit clarifier dans la langue. Si on parle de l’ « homme africain », on parle pas de quelqu’un avec la peau noir, parce que les arabes en l’Afrique du Nord, les blancs au sud, de même que les malgaches qui sont originaires de l’Asie, sont des africains aussi. Alors, un africain qui veut exprimer la fierté d’être noir doit distinguer entre « noir » et « blanc » – et l’homme veut naturellement classifier ce qui est le même et ce qui est d’autre (même si ce n’est pas vraiment autre chose), parce qu’on veut faire connaissance avec le monde et pour cela, on a besoin de l’épistémologie. Et l’épistémologie consiste précisément à classifier les choses qu’on voit dans les termes pour marquer leur différence. Mais comme cela, on peut aussi faire des fautes dans nos classifications parce qu’on pense que quelque chose est différent qui ne l’est pas. Une de ces fautes graves était la classification raciale de l’homme. Mais même si on ne parle plus en termes raciaux, on va toujours distinguer les hommes. Quand on voit quelqu’un qui a l’air asiatique, on va toujours dire « il est asiatique », même s’il a grandi en France. Ce qu’on peut changer dans notre société, c’est le discours, et cela veut dire, donner la dignité à chaque homme. Un homme noir qui a grandi en France est un homme qui a deux accidents : il a de la peau noire, et il est français.  Alors, il a la même valeur que chaque autre homme, parce qu’il a le statut d’homme, et quand même, il est une partie de la société française comme tous les autres français parce qu’il a les mêmes valeurs et la même socialisation, mais même s’il n’est pas français, il n’est pas du tout moins parce que ce qui compte est son statut, c’est de l’homme. C’est pareil avec l’homme asiatique qui a grandi en France. Il a le statut d’un homme et les accidents d’être jaune et français. Alors, j’ai demandé avant, comment je peux désigner les blancs et asiatiques en Afrique – et la réponse, c’est que je n’ai plus besoin de ces désignations, parce qu’elles sont fausses. Mais j’ai besoin de grouper les accidents qui sont communs pour une majorité d’un peuple pour faire exprimer les objections, comme dans l’exemple de l’injustice en Afrique du Sud. Le message n’est pas que c’est un désavantage racial, parce que les races n’existent pas, mais que la majorité qui partage un accident dans les sens aristotéliques a un désavantage social qui doit se changer pour créer l’égalité. Alors, je peux seulement distinguer les accidents, mais pas l’homme comme homme. Mais on ne peut pas oublier les accidents lui-même, parce que si l’on s’imagine un chinois, l’on attend à certains choses à son sujet, i.e. ce qu’il est jaune, parce que la majorité de chinois ont cet accident et comme j’ai dit, l’homme ne peut jamais cesser de penser en catégories, parce qu’il ne cesse d’enregistrer les règles de la vie de tous les jours, et il y a des cas où ces règles quasi-instinctives sont utiles, ex : “si je touche un cactus, il me pique”. Ici, c’est important pour lui. Et quand-même, l’homme fait le framing dans tous les situations, parce qu’il espère que cela est utile pour lui, e.g. quand il fait connaissance avec un homme qui est étranger pour lui à cause de son accident, il mélange ses perceptions et expériences subjectives avec la « catégorie » dans son cerveau avec les qualités objectives, et c’est le problème qui crée les images fausses.   

Le terme Mandingue, selon Kaké (1977 : 19) signifie à l’origine les gens du Mali qui sont venus de l’empire du Soudan du 13e au 15e siècle.(Je pense qu’il se réfère en fait à l’Empire Mandingue qui existait à  cette époque.) Comme il précise : « Le groupe (à la fois linguistique et ethnique) présente les mêmes règles de parenté (filiation patrilinéaire) et une civilisation matérielle identique : culture du mil, habitat groupé, cases rondes en argile recouvertes de paille, chaque famille possédant plusieurs cases reliées par un mur ou une palissade ; la vivacité des croyances animistes malgré la pénétration de l’islam. » (ibid.) Les mandingues incluent les Malinkés comme les Nandingo qu’on trouve en Gambie et Sierra Léone et les Mandinga de Guinée-Bissau qui pratiquent l’agriculture plus islamisés, de même que les Bambara qui font l’agriculture traditionnelle et les Dioula qui font du commerce.(ibid.) Comme Costa Dias (1999) l’explique, l’islamisation des Mandingues du Kaabu, comme chez les autres peuples de la région sénégambienne étaient très tardive « et n’a eu lieu d’une façon massive qu’après la défaite mandingue à Kansala en 1867. » Moi je pense que c’est une des raisons pourquoi les mandingues dans quelques régions en Guinée-Bissau sont plus traditionnels dans leurs croyances, car ils n’ont jamais accepté la totalité de l’Islam, mais ont essayé de syncrétister l’islam avec leurs croyances traditionnelles. Costa Dias (1999) fait le même résultat quand il dit : « En somme, par le mélange du discours religieux musulman avec celui dite pré-islamique, les Mandingues du Kaabu ont produit une somme de connaissances religieuses qui en grand partie se situe en dehors de l’orthodoxie musulmane. »

Les Mossi s’identifient à une origine commune légendaire, l’Etat structuré avec les chefs puissants et respectés, même que la persistance de leur croyances traditionnelles. (Kaké, 1977 : 20) On les trouve au Burkina-Faso qui était connu comme la Haute-Volta dans le passé. Les Yoruba du Nigeria forment un groupe homogène également « mais avec des liens plus lâches entre les sous-groupes » (ibid.) Ils ont habité traditionnellement les villes et ont préservé « la plus grande autonomie de ces cités » (ibid.). La cellule familiale est d’une importance vitale dans la vie de chaque Yoruba, comme pour la majorité des ethnies africaines, et s’étend bien au-delà de ses propres parents, frères et sœurs, épouse et enfants. La famille comprend tout un clan dans lequel l’entraide est obligatoire. Principalement pour des raisons génétiques, cette très grande tribu présente le taux de jumelage dizygotique le plus élevé au monde (Leroy et al., 2002 : 132). La majorité de Yoruba sont musulmans avec une minorité chrétienne. En plus, la plupart des Yoruba qui appartiennent à l’islam ou au christianisme adhèrent aussi à la tradition de croyances religieuses de ce peuple. Ces dernières sont basées sur l’immortalité de l’âme et sur sa réincarnation, qui sont toutes deux essentielles à la croyance jumelle qui s’appelle « ibeji ». (Leroy et al., 2002 : 133) Comme les Yoruba croient que les jumeaux partagent la même âme combinée, lorsqu’un jumeau nouveau-né meurt, la vie de l’autre est en péril parce que l’équilibre de son âme est devenu sérieusement perturbé. (Leroy et al., 2002 : 134) Pour contre-agir à ce danger, un rituel spécial est effectué : Après avoir consulté le Babalawo, un artisan est chargé de sculpter une petite figure en bois comme symbole substitut à l’âme du jumeau décédé. (ibid.) Si tous les deux sont décédés, on crée deux sculptures. (ibid.) Les yoruba sont aussi très connus pour leur théâtre, mais comme Müller explique la théâtre yoruba est dans une crise : « La fiction culturelle yoruba, qui devait étayer le mouvement nationaliste et son institutionnalisation progressive, est en train de s’étioler. Ce processus coïncide avec le déclin d’une bourgeoisie et le délitement du réseau des missions qu’elle a mis en place dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Le Yoruba Traditional Theatre disparaît car plus personne n’adhère et ne croit à cette fiction qui en était le support. » (2003 : 484 f.)

Les Bantou sont le groupe le plus grand d’Afrique avec plus de 500 peuples. Le terme ba-ntu est le pluriel de mu-ntu désigné par Wilhelm Bleek en 1862 comme résultat de sa reconstruction du proto-Bantou.(cf. Kaké, 1977 :21) Selon lui, mu-ntu signifie le genre humain – ntu est l’être. Bleek proposa que les bantou « présentent une communauté dans la grammaire, la phonétique et le vocabulaire ». (ibid.) Aujourd’hui, on pense que le « point de départ de cette migration serait la moyenne vallée de la Benoué (Nigeria), dont les habitants, maitrisant la métallurgie du fer et pratiquant une agriculture et un élevage très productifs, connurent jadis une forte augmention démographique » (ibid.) A cause de cela, on avait besoin de nouvelles terres et on se couvert dans l’Afrique centrale et sud jusqu’au 19e siècle. (Kaké, 1977 : 22). Van der Veen confirme que la majorité des recherches sur les bantou propose que le « foyer d’origine du proto-bantou est à situer dans le Sud-Est du Nigéria, donc dans l’extrême Nord-Ouest du territoire actuel » (2001 : 2), que l’«expansion a dû commencer il y a approximativement 5000 ans » (ibid.), que le « forêt équatoriale et le bassin du Congo (RDC) ont joué un rôle crucial dans l’expansion bantoue, entre 3000 et 1500 av. J.-C. » (ibid.) et que « L’arrivée des peuples bantouophones (émergeant de la forêt et équipés de fer) dans l’Est de l’Afrique est à situer entre il y a 3000 et 2000 ans » (ibid.), entre autres points. Excoffier et son équipe clarifie que les « populations bantoues apparaissent comme assez homogènes du point de vue génétique » et donc conclut que l’ « expansion ne peut donc pas être très ancienne et a dû être rapide » (cité dans Van der Veen, 2001 :6).

Comme j’ai dit avant, Kaké utilise encore des mots raciaux comme « Caucasoïdes » et « Mongoloïdes ». Sur les « Caucasoïdes », il écrit qu’ils sont venus du Proche-Orient peut-être à partir de 15000 avant Jésus-Christ. (Kaké, 1977 : 24) « Ces infiltrations sont si anciennes que les traits morphologiques se sont estompés, mêlés avec plus ou moins d’intensité aux traits négroïdes : cependant, on constate que des peuples comme les Maures, les Touaregs, les Toubou, les Somali, etc., accusent encore des caractéristiques plus proche des caucasoïdes que des nègres » (ibid.). Encore une fois, on a un problème avec les termes : le mot racial « Caucasoïde » n’est plus valide, car les races n’existent pas. Mais bien sûr, on veut trouver un mot pour appeler les peuples qui ne sont pas « noirs », pour les distinguer avec les autres. Ces distinctions, comme j’ai dit avant, ne sont pas faites pour les causes raciales, mais parce qu’on a besoin d’un moyen pour décrire la diversité africaine. Les Touaregs, par exemple, existent depuis si longtemps sur le continent qu’on peut dire qu’ils sont naturellement africains. Il n’y a pas de doute à cela. Cependant, les Touaregs n’ont pas la peau noire, mais brune. Les arabes et les berbères ont un air diffèrent par exemple, des peuples Niger-Kongo. Bien sûr, on peut dire que l’apparence n’a pas du tout d’importance, parce que les africains sont tous les africains, et quelqu’un avec une peau brune n’est pas moins africain que quelqu’un avec une peau noire. Mais en fait, si on veut comprendre, par exemple, le conflit entre les peuples en Mali, les clivages des « sahariens » au nord et des « noirs » au sud, sont un facteur important. On ne peut pas l’ignorer ! Les arabes, par exemple, sont considérés comme « blancs » ou plus précisément, des « blancs méditerranéens », mais on doit les différencier des blancs qui sont des enfants des européens (marchands, colonialistes, etc.). Aujourd’hui, ils se sentent africains aussi, parce qu’ils sont nés au continent africain. Alors, encore une fois, on voit que « blanc » n’est pas une seule race blanche et que les distinctions nous aident à distinguer les groupes différents qui vivent en Afrique.

Finalement, on trouve aussi des peuples d’origine asiatique en Afrique. Les malgaches ont leurs origines en Indonésie et sont arrivés en Afrique au 5e siècle. Les malgaches se composent de quelques tribus qui se divisent entre celles du Haut-Plateau et celles de la côte. Les ethnies malgaches parlent le Malagasy et le plus grand groupe (foko) sont les Merina. En conséquence, les identités différentes sont les résultats des immigrations à des époques différentes et donc, les malgaches sont un mélange d’origines différentes, africaine et asiatique. Les Mahafaly, par exemple, sont arrivés de l’Afrique du Sud au 12ème siècle (Pray Africa, sans date). « Habitant un pays à affinités semi-désertiques, aux précipitations atmosphériques extraordinairement irrégulières, les Mâhafali sont surtout orientés vers l’élevage des bovins et, depuis quelques années, grâce à un effort puissant de propagande, vers l’élevage des caprins angora. Les occupations agricoles ne les intéressent que secondairement » (David, 1939 : 120). David explique en plus que « Pour Grandidier le fond de la population noire malgache est le produit d’une invasion de nègres indo-mélanésiens, antérieure à l’ère chrétienne. […] Il y a eu enfin des immigrations juive du Yémen, arabe, persane, indienne, de moindre importance. Contre l’hypothèse d’une arrivée massive d’éléments africains il existe deux faits : la difficulté de la traversée du canal de Mozambique et la constatation selon laquelle les nègres de la côte d’Afrique ne sont pas marins ; les Africains qui se trouvent à Madagascar (les Makoas) ont été apportés par les boutres des Arabes négriers. » (1939 : 142) David rappelle aussi Julien qui a proposé que les malgaches aient un substrat africain très ancien (ibid.). David lui-même propose des éléments africains et d’Inde dans la génétique Mahafaly. (David, 1939 : 150) Sans doute, les origines des malgaches se trouvent dans beaucoup de facteurs, mais ce qui compte aujourd’hui, ce qu’ils habitent au continent africain et donc sont des africains, mais que leur langue est plus asiatique et pour cela, Madagascar est un portail entre l’Afrique et l’Asie. Les facteurs asiatiques sont aussi très complexes, avec des traces de l’Inde et de l’Indonésie, alors, l’élément asiatique dans ce peuple africain est très important pour comprendre la terre magnifique de Madagascar. L’ancien président malgache Tsiranana a dit que les malgaches sont des « Afro-Asiatiques » (cf. Kaké, 1977 : 25).

En conséquence, on peut dire que l’Afrique n’a jamais été un continent sans civilisations, mais au contraire qu’il y existait beaucoup de royaumes bien développés et de commerce, probablement particulièrement dans l’Océan Indien qui est la connexion entre l’Afrique et l’Asie. Mais on ne trouve pas seulement les traces asiatiques et les civilisations africaines sur les côtes, mais aussi dans le cœur du continent, e.g. le royaume du Mali qui est venu de la côte jusqu’à Tombouctou, le royaume du Ghana qui existait en Maurétanie et Mali et qui n’avait pas de contact avec la mer, et l’empire Songhay qui a contenu la Maurétanie, le Mali, le Niger et la Nigeria, de même que le Sénégal, la Gambie et la Guinée. En plus, l’Afrique n’a pas seulement beaucoup de peuples, mais elle est la mère de l’humanité : « En 1959, le professeur Louis Leakey et sa femme Mary découvrirent dans les gorges d’Oldoway, à trente kilomètres au nord de Laetolil, un crâne entier possédant seize dents supérieures et qu’ils baptisèrent Zinjanthropus » (Kaké, 1977 : 34) On a trouvé des fossiles hominiens bien datés qui nous donnent la première preuve de la coexistence de deux genres d’hominides : Les hominides étaient associées à de riches assemblages de fossiles qui caractérisaient les communautés de vertébrés de l’Afrique de l’Est de l’ère Plio-Pléistocène et les environnements du bassin du Paléo-Oldaway. (Blumenschine et al., 2012 : 365) Blumenschine et Masao ont proposé en 1991 que FLK Zinj était considérée comme une zone banale dans une plaine d’inondation lacustre stérile, basé sur l’interprétation originale de Hay, donnée en 1976, de son contexte géologique comme un emplacement «près du lac». (Domínguez-Rodrigo et al., 2010 : 315). Les découvertes archéologiques se trouvent dans un cluster très proche dans le gorge de l’Oldoway. (ibid.) L’emplacement préhistorique du FLK Zinj a seulement une distance de quelques mètres d’une source permanente d’eau potable, qui signifie qu’il était probablement entouré d’une abondante couverture d’arbres et de buissons. (Domínguez-Rodrigo et al., 2010 : 332) La présence de bois à proximité de la plaine lacustre semble être indiquée par les études indépendantes de la microfaune, de la macrofaune, des pollens fossiles ainsi que des analyses isotopiques des carbonates.(Domínguez-Rodrigo et al., 2010 : 326) Cela nous donne beaucoup d’informations sur la vie des premières hominides. On peut assumer que c’était un lieu très sûr pour eux et donc une base pour fonder une petite société avec des outils primitifs.

On a trouvé d’autres sites également, par exemple dans « le nord et l’est de l’Afrique, des types proches des Éthiopides ont été exhumés » (Kaké, 1977 : 35), et dans le sud du continent, on a trouvé probablement des ancêtres de Khoi-San. (ibid.) Le terme « éthiopide » est un terme racial, et comme j’ai dit, comme les races n’existent pas, on ne peut plus lui utiliser. Les vieux théoriciens raciaux ont pensé que les éthiopiens sont des « Caucasoïdes » avec des éléments « nègres » – alors, un Européen avec des éléments africains. Mais on peut dire que cette description est seulement un essai pour styliser les Européens comme plus civilisés que les autres, parce que si les racistes doivent admettre que les hommes viennent de l’Afrique et qu’ils sont d’origine africaine, leur stigmatisation des africains ne fonctionnait plus. Mais bien sûr, les hominides du sud peuvent se trouver avec les différences des hominides du nord et de l’est car les conditions de vie étaient différentes. Alors, on doit faire une distinction, mais pas de distinction raciale. Ce qu’on doit faire, c’est distinguer leurs conditions différents de survie et comment leur corps (donc leurs gènes) ont réagi à ces différences. Quels mécanismes est-ce qu’un hominide a trouvé pour survivre aux conditions extrêmes ? Quels outils est-ce qu’il y a développé ? Et bien sûr, la grande discussion est celle d’une « petite mondialisation » : Combien de contacts existaient entre le nord et le sud ? (Ou est-ce qu’ils sont de types totalement différents qui n’ont jamais eu de contact ?)  En plus, le squelette « Lucie » qu’on a trouvé dans le triangle d’Afar en Ethiopie, « présentait des traits hominiens : 1,25 m de hauteur ; incisives et canines développés aux dépens de molaires, signe d’une nourriture de plus en plus variés ». (Kaké, 1977 : 36) Comme Coppens l’explique : « La Préhumaine, c’est Lucy, que ses trois copères […] lancèrent sur la scène internationale […] ; et la genou, c’est en effet son genou, bien conservé, articulation du fémur sur le tibia, révélatrice, au sein d’un squelette qui disait qu’elle était debout et bipiède, de son arboricolisme incontestable ; eh oui, il fallait bien l’avouer, Lucy la belle qui marchait comme un jeune mannequin n’en grimpait pas moins comme un vieux singe. » (1999 : 13 f.)

Alors, aujourd’hui, on connaît plusieurs hommes qui existaient avant nous et nous cherchons toujours le commencement. Le problème c’est que la science préhistorique ne peut jamais être exacte : « Comment pourrait-on affirmer, en effet, que les vestiges et les matériaux parvenus jusqu’à nous sont les premiers ou les seuls à avoir existé » ? (Kaké, 1977 : 40) Cette problème est très connu et j’ai dit déjà quelques fois qu’on manque de fossiles pour boucher des lacunes importantes dans la macroévolution. Le commencement est vraiment obscur, même si on apprend ces choses à l’école. En fait, c’est qu’on apprend à l’école sont des modèles, des hypothèses plausibles qui sont propagées grâce à des reconstructions, mais on ne sait jamais s’ils sont vraiment corrects. Pour cela, c’est grave de faire croire que les hypothèses soient les « faits », les « vérités ». Je donne un exemple : les romains ont pensé que la terre n’avait été créée que quelques milliers d’années avant eux, parce qu’ils ne connaissent pas d’histoires ou de faits plus anciens. (C’est intéressant que car si les fondamentalistes religieux croient que la terre soit si jeune, ça ne vient pas de la Bible mais de l’ « histoire » romaine.) Aujourd’hui, nous savons que la terre a été créée il y a des milliards des années et que les êtres préhumains ont existé, mais on ne sait pas qui était le premier, parce qu’on ne sait pas s’il y eut un autre plus ancien qui a vécu avant celui qui nous pensons aujourd’hui être le premier. Alors, c’est très important d’avoir confiance en notre science, mais c’est aussi très important de rester toujours curieux et de douter de ce que les autres prennent comme des « faits ». Les grandes découvertes ont été faites à cause du « doute » et le pouvoir de penser au dehors de ce qui était établi comme vérité.   

L’homme est apparu dans la période paléolithique en Afrique, qui est donc le berceau de l’humanité. Dans cette ère, l’homme progresse également dans le travail de la pierre et c’est pour ça qu’on appelle cette époque l’âge de pierre.(cf. Kaké, 1977 : 41) « De cette époque, on a retrouvé des bifaces (pierre taillée ou éclatée sur deux côtés) en Mauritanie, au Dahomey, au Ghana et au Soudan, ainsi que des flèches (au sud du Congo) et des harpons (en Afrique du Sud). » (ibid.) De cette époque, on a trouvé l’homme de Neandertal qui « fabriquaient des outils et, surtout, qu’ils furent les premiers à enterrer leur morts » (Kaké, 1977 : 42), mais parallèlement « l’homme de Rhodésie vécut dans le sud de l’Afrique » (ibid.) Le dernier est probablement l’ancêtre de l’homme moderne. Ce qui n’est plus contesté, c’est le fait que l’homme est venu de l’Afrique. (cf. Kaké, 1977 : 43) Les caractéristiques physiques entre les hommes en Afrique et en Europe « se seraient alors modifiés en raison des conditions climatiques ». (ibid.)

L’ère paléolithique supérieure tardive est connue pour l’apparition des arts rupestres (Kaké, 1977 : 43). Une carte chez Kaké (1977 : 37) donne une vue globale sur les peintures rupestres en Afrique, qui se trouvent dans la région Atlas en Maghreb, Immidir, Ahnet, Zemmour, Adrar, Adrar des Iforas, l’Hoggar, l’Aïr, Tassili n’Ajjer, Tibesti, Ennedi, Transvaal, Botswana, Natal, le Province du Cap et plein d’autres. En d’autres termes : dans le nord de l’Afrique comme l’Algérie, le Niger, la Maurétanie, etc., l’est de l’Afrique comme en Somalie, et le sud de l’Afrique comme la Namibie, l’Afrique du Sud et le Botswana. On ne sait pas quelle langue les individus du paléolithique supérieur tardif ont parlée, et on est sceptique quant à quel niveau la morphologie humaine était élaborée, mais les « premiers vrais langages élaborés [apparurent] de 9000 à 6000 environ avant Jésus-Christ ». (Kaké, 1977 : 44) Ils étaient des nomades en recherche d’aliments et leurs vies étaient trop instables. Et même si ce genre de l’homme est connu comme l’homme des cavernes, « rien n’interdit de penser à d’autres matériaux plus élaborés mais plus destructibles et disparus à jamais » (ibid.). On pense que le centre de l’homme était en Afrique centrale ou à l’est : les Pygmées vivaient dans les forêts du Congo, les Khoi-San sont venus de l’Ethiopie jusqu’au sud de l’Afrique. (cf. ibid.) Donc, les premiers hommes ont probablement vécu en Éthiopie ou au Kenya.

Le néolithique fit son apparition entre 10000 et 5000 avant Jésus-Christ. On peut aussi ajouter le mésolithique entre le paléolithique et le néolithique qui existait vers environ 12000 – 8000 (ou 5000 si on date le commencement du néolithique plus tard) avant Jésus-Christ. En cette ère on trouvait les premières écritures en Egypte et chez les Phéniciens. (Kaké, 1970 :  47) En plus, l’homme n’a plus chassé les animaux et récolté les fruits, mais commençait au produire des aliments comme paysan lui-même, il avait des chèvres et chiens domestiques, et des outils plus élaborés. (Kaké, 1977 : 48). On assume que le point de départ du Néolithique africain se trouve dans le Sahara « avec l’apparition de l’industrie de la pierre polie, de l’agriculture, de l’élevage et, beaucoup plus tard, de la poterie ».  (Kaké, 1977 : 48) Kaké parle aussi d’un néolithique de tradition soudanaise (N.T.S.), où « soudanais » est un synonyme pour un « noir », qui existait du Nil jusqu’au Atlantique, car des régions dans le Sahara étaient encore « couvertes de lacs au début du Néolithique ». (Kaké, 1977 : 49) On ne sait pas aujourd’hui, si le N.T.S. s’est agrandi au sud dans les forêts tropicales, mais il y a également des savants comme Théophile Obenga qui doutent qu’on puisse distinguer entre le N.T.S. et le néolithique saharien. (Kaké, 1977 : 49 f.) La raison pour ça, c’est que les « noirs » habitaient plus au nord dans le passé et donc, ce sont des « noirs » « qui sont responsables du Néolithique saharien ». (Obenga, cité après Kaké, 1977 : 49). Enfin, la population du monde était encore très faible et on estime qu’ils n’existait que quelques milliers d’individus sur le continent africain. (Kaké, 1977 : 49)

Les gens du N.T.S. « montrèrent un goût très prononcé pour les couleurs et la beauté » (Kaké, 1977 : 50). Ils ont utilisé les ossements d’animaux et de poissons, ainsi que l’ivoire, étaient des experts en travaillant avec la pierre et en bijouterie, et même des formes religieuses existaient déjà. (Kaké, 1977 : 50 f.) En plus, on croit que les Africains dans le néolithique vivaient dans les villages et en plus de domestiquer les chèvres et les chiens, ils ont cultivé l’igname et les palmiers. (Clist, 1986 :217) En plus, « les archéologues se sont rendu compte que les premiers villageois de langue bantu ne connaissaient pas la métallurgie » (ibid.). Il y eut deux facteurs qui changeaient l’Afrique. Schwartz se demande : « Pourtant, de nombreuses recherches archéologiques effectuées ces dernières années au Cameroun, au Congo et surtout au Gabon, ont permis la découverte de nombreux sites datés de l’Age du Fer ancien en pleines zones forestières. Ces sites se rapportent à une activité métallurgique, technique attribuée aux populations bantu. Que faut-il alors penser des hypothèses précédentes ? Faut-il en déduire que les Bantu ont bel et bien traversé la forêt, où ils se seraient alors étabIis durablement ? Faut-il considérer qu’ils l’ont partiellement défrichée ? Faut-il au contraire admettre que d’autres formations végétales occupaient l’espace actuellement forestier ? » (1992 : 354) Le premier facteur est le climat. On estime que les forêts s’étendaient plus au nord, mais en 3000 av. J.-Ch., commença  un dessèchement. Le deuxième facteur est la métallurgie. Grace à la métallurgie, les bantus pouvaient se développer de plus en plus et ils ont commencé à déplacer les Pygmées. Par contre, « En Afrique centrale atlantique, la fin des industries du Late Stone Age (LSA), qui ont vu apparaître les premiers outils en pierre partiellement polie, est datée de 4 000à 3 000 B.P. selon les régions. Le début du Néolithique remonterait à 5 000B.P., les deux types d’industrie (et de population ?) se côtoyant ainsi localement sur près de deux millénaires. Peut-on lier l’apparition des industries néolithiques à l’émergence d’un noyau proto-bantu? Cela est sans doute vrai dans des régions particulières, comme les Grassfields camerounais, berceau précisément de ces populations, mais ce n’est sans doute pas une règle générale. […] Ce qui semble par contre certain, c’est que les premières migrations bantu ont commencé bien avant l’apparition des techniques métallurgiques. » (Schwartz, 1992 : 357) La métallurgie fut donc « sans doute […] acquise en cours de route » (ibid.) Néanmoins, cela changea leur vie et leurs possibilités. Alors, on ne doit pas ignorer ce facteur. Concernant les arts du néolithique africain, on trouve « des collections impressionnantes de poteries et de céramiques ». (Kaké, 1977 : 51) Même les techniques employées pour le dessin étaient très élaborées. (Kaké, 1977 : 52)

Alors, le Sahara était très peuplé et très riche, mais il y eut un point où cela s’est changé. La désertification en fait n’était pas un bouleversement climatique, ce n’était pas une catastrophe qui se passait une nuit – non, c’était à cause de l’homme : « C’est lui qui, amenant des troupeaux de plus en plus imposants, déboisant les forêts sur des étendues parfois très importantes (et souvent par le feu), irriguant le sol selon des techniques qui ne sont pas toujours appropriées aux particularismes locaux, accroît petit à petit la surface du désert. » (Kaké, 1997 : 55) Cette explication est très importante et  nous apprend que l’homme n’a rien appris de son histoire. On sait depuis quelques décennies que le climat se changera à cause de l’homme, et qu’est-ce qu’on fait pour arrêter cela ? On déboise la forêt tropicale en Brésil et les mers deviennent semblables à une poubelle. Et on subit déjà des étés plus chauds, les ventes plus intensives – et on ne fait presque rien !  Et c’était pareil avec le Sahara : « Le Sahara s’étend un peu plus chaque année […]. Cette extension continue pose le problème des origines du Sahara, dont on sait aujourd’hui qu’il fut, jadis, une surface humide, propre à la culture et à la civilisation. » (ibid.) Kaké continue : « Auparavant, la végétation était luxuriante et, détail non dépourvu d’importance, le Tchad occupait alors un territoire grand comme la France actuelle. Le drame de la désertification s’est déroulé assez rapidement. Entre -4000 et -2000, les lacs se rétrécirent, tandis que les pluies cessèrent. » (1977 : 56) Et aujourd’hui ? A cause de notre industrialisation rapide, le climat ne se change pas dans un temps de 2000 ans, comme on le voit avec le Sahara, mais plus vite (peut-être dans un temps de 200 ans si on prend 1850-2050). Et quand-même la désertification dans les régions sub-sahariens continue et avec cela, le déplacement de citoyens. 

Finalement, on doit aussi parler du terme lui-même, car les termes furent inventés par les européens et on doit se demander si on peut parler d’un néolithique africain ou si c’est mieux d’utiliser un autre terme pour cette époque en Afrique. Pour l’Europe et le Proche-Orient, le « Néolithique » désigne la domestication animale, l’agriculture et la fabrication de céramiques, même que les premières urbanisations. (cf. Huysecom, 2006 : 43) Mais « En Afrique en revanche, le processus de ‘néolithisation’ diffère sensiblement selon les régions, voire selon les groupes humains, et la qualité inégale des recherches ne facilite pas son appréhension. » (ibid.) On est confronté dans la littérature à des termes très différents, par exemple, « un site archéologique comme celui de Kourounkorokalé, au sud de Bamako, a été qualifié depuis 50 ans, selon les auteurs, de épipaléolithique, proto-néolithique, meso-neolithic, néolithique, paléolithique final, late stone age, pour être finalement baptisé microlithic technocomplexe » (ibid.). Alors, on voit que c’est parfois difficile de classifier les sites justement, parce qu’il n’y a pas toujours une frontière où on peut dire sûrement si c’est l’un ou déjà l’autre. Pour cela, on ajoute parfois le mésolithique entre le paléolithique et le néolithique comme stage intermédiaire, mais on peut parler du néolithique dans le contexte africain, parce que comme on a vu, en Afrique aussi, cette époque désigne la domestication animale, la vie de paysan avec l’agriculture et en plus, la fabrication de poteries et céramiques.

On peut dire comme résumé que l’Afrique est le berceau de l’humanité. C’est ici où la vie humaine a commencé. Durant le paléolithique, ont vécu des hominides différents, et il y a des squelettes de types hominides qui sont attestés seulement sur le continent africain. Cela témoigne de la diversité et la vivacité qui existaient ici. Les hommes les plus anciens, les Pygmées et Khoi-San habitent encore aujourd’hui en Afrique, mais les Bantus les ont de plus en plus assimilés. On croit aujourd’hui que la métallurgie était la raison pourquoi les Bantus purent se déployer, mais la migration n’a pas commencé à cause de ça, parce qu’on est sûr que la migration ait commencé avant la métallurgie. Une raison pour la migration était l’augmentation de la population et le besoin de nouvelles espèces. Au néolithique, les Africains ont domestiqué les animaux et pratiqué l’agriculture. En plus, ils étaient des experts dans la poterie et la céramique. Mais c’est à cause de l’homme que la désertification du Sahara commença et c’est un grand sujet jusqu’à aujourd’hui. Pour cela, c’est très important de tirer les leçons de notre passé, parce qu’il existe seulement une terre et c’est à nous de lutter contre le changement du climat qui existe à cause de nous !

Littérature :

___  : The Mahafaly of Madagascar. Pray Africa, no date. https://prayafrica.org/project/mahafaly-of-madagascar/, retrieved on 12 November 2020.

Bahuchet, Serge : Les Pygmées d’aujourd’hui en Afrique centrale. Journal des africanistes 61 (1), 1991, pp. 5 – 35.

Blumenschine, Robert J. ; Stanistreet, Ian G. ; Njau, Jackson K. ; Bamford, Marion K. ; Masao, Fidelis T. ; Albert, Rosa M. ; Stollhofen, Harald ; Andrews, Peter ; Prassack, Kari A. ; McHenry, Lindsay J. ; Fernández-Jalvo, Yolanda ;  Camilli, Eileen L. ;  Ebert, James I. : Environments and hominin activities across the FLK Peninsula during Zinjanthropus times (1.84 Ma), Olduvai Gorge, Tanzania. Journal of Human Evolution 63, 2012, pp. 364 – 383.

Clist, Bernard : Le néolithique en Afrique centrale: état de la question et perspective d’avenir. L’anthropologie (Paris) 90 (2), 1986, pp. 217 – 232.

Coppens, Yves : Le genou de Lucy. Paris : Editions Odile Jacob, 1999.

Costa-Dias, Eduardo : Les Mandingues de l’ancien Kaabu et le savoir musulman. Mande Studies 1, 1999, pp. 125 – 139.

David, Alain : Les nègres. Lignes 4 (12), 1990, pp. 120 – 138.

David, R. : Le problème anthropologique malgache. Nouvelles observations chez les Māhaf’aly du Sud-Ouest de Madagascar. Journal de la Société des Africanistes 9 (2), 1939. pp. 119-152.

Derat, Marie-Laure : Du Begʷenā au Lāstā: centre et périphérie dans le royaume d’Éthiopie du XIIIe au XVIe siècle. Annales d’Éthiopie 24, 2009, pp. 65 – 86.

Dianteill, Erwan : Kongo à Cuba. Transformations d’une religion africaine. Archives de sciences sociales des religions 117, 2002, pp. 59 – 80.

Domínguez-Rodrigo, M. ; Bunn, H.T. ; Mabulla, A.Z.P. ; Ashley, G.M. ; Diez-Martin, F. ; Barboni, D. ; Prendergast, M.E. ; Yravedra, J. ; Barba, R. ; Sánchez, A. ; Baquedano, E. ; Pickering, T.R. : New excavations at the FLK Zinjanthropus site and its surrounding landscape and their behavioral implications. Quaternary Research 74, 2010, pp. 315 – 332.

Fuglestad, Finn : Quelques réflexions dur l’histoire et les institutions de l’ancien royaume du Dahomey et de ses voisins. Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, Série B: Sciences humaines 39 (3), pp. 493 – 517.

Huysecom, Eric : Vers un « Néolithique africain » : concept et apparition. Etudes maliennes, 65, Numéro spécial : Programme de recherche international : « Peuplement humain et évolution paléoclimatique en Afrique de l’Ouest », 2006, pp. 43 – 67.

Kaké, Ibrahima Baba : L’Afrique berceau de l’humanité : Préhistoire et antiquité. Histoire générale de l’Afrique, Vol. 1. Collection dirigée par Ibrahima Baba Kaké et Elikia M’Bokolo. Collection produite par Dan Franck. Paris : ABC, 1977.

Leroy, Fernand; Olaleye-Oruene, Taiwo; Koeppen-Schomerus, Gesina; Bryan, Elizabeth : Yoruba Customs and Beliefs Pertaining to Twins. Twin Research 5 (2), 2002, pp. 132 – 136.

Lewis, Jérôme : Les Pygmées Batwa de la région de Grands Lacs. UK : Minority Rights Group, 2001.

Müller, Bernard : « Nos ancêtres les Yoruba… » – Splendeur et misère de la bourgeoisie yoruba du Nigeria. Cahiers d’Études africaines, 43 (3), 2003, pp. 483 – 503.

Schapera, Isaac : The Khoisan Peoples of South Africa: Bushmen and Hottentots. London: Routledge, 1930.

Schmitz, Timo : A very short introduction into African Philosophy and their main streams (27 September 2017). In: Timo Schmitz: Selected English Articles, 2014-2017. Berlin: epubli, 2020.

Schmitz, Timo : Worin unterscheiden sich Abaelard und Buridan bei ihrer Positionierung bezüglich der Universalie?. 22 octobre 2020.

Schwartz, Dominique : Assèchement climatique vers 3 000 B.P. et expansion Bantu en Afrique centrale atlantique : quelques réflexions. Bulletin de la Société Géologique de France 163 (3), 1992, pp. 353 – 361.

Van der Veen, Lolke : Contribution à l‘étude des langues bantoues et des peuples bantouphones : Approche linguistique, approche génétique. 2001. http://ohll.ish-lyon.cnrs.fr/fulltext/Van%20Der%20Veen/Van%20der%20Veen_2001_a.pdf, retiré le 9 novembre 2020.

Publié le 24 janvier 2021.

The Key to the Gate of Religion. Part 5: Good and Evil (IV): Christianity and Islam in the Middle Ages

By Timo Schmitz

In his chapter ‘di nit-yidishe gelerte fun mitl-alter’, Zeitlin first talks of Islam and explains that Islam was the most important new-coming tradition in the Middle Ages. Indeed, while the Middle Ages in Europe were quite dark, this era is known as the Golden Age of Islam in the Islamic world and it brought forth the most important Islamic scholars up to this day. Zeitlin (1910, p. 98) undoubtedly makes clear that the Christian scholastic philosophy did not have such an impact on human development than Islamic education and Arabic literature. Islam contains all morally and religiously important values and aesthetic opinions.(ibid.) As Mella (2017, p. 35) points out, the revelation of Islam gives human-beings an orientation how to deal with all kind of situations in daily life, both on the societal level as well as on the individual level. Furthermore, “Durch die zahlreichen Ansammlungen von Interpretationsansätzen stehen mehrere Wege zur Verfügung, die Offenbarung und den Sinn des Lebens in der islamischen Philosophie zu interpretieren” (ibid.). Islamic philosophy focusses on reason and makes clear that human-beings have the possibility to reason which was given by God. As such, the Quran regulates anything which God saw as necessity to be regulated, but despite that, human-beings shall use their reason in interpretation and usage of the religious law. (cp. ibid.) Most importantly, “Die Religion sollte demnach in Einklang mit der Vernunft stehen. Wie oben bereits erwähnt, soll die Vernunft es dem Menschen ermöglichen, Bereiche, die Gott uns durch den Koran nicht mitgeteilt hat, angemessen interpretieren zu können.” (Mella, 2017, p. 36) Anyways, despite all these positive aspects, which Islam can give, no religion is perfectly overall, but every religion has its advantages and disadvantages, and one always has to contextualize the religious interpretation. Zeitlin also makes this clear by praising the advances which Islam definitely has made, but he is also aware that Islam is trying to give clear advice on everything, so that the believers are not in vain, but know in as much as possible situations, how they shall act to act right. Thus, the view concerning good and evil, “iz doriber oykh nur eyn algemeyn-menshlikhe, ayn eynfakhe” (Zeitlin, 1910, p. 98). Zeitlin is seemingly not too convinced by these ideas, to him they are not more than ‘average’. Nonetheless, of course, we could also see this quality from a different view. Being simple or average might also have advantages, which we can see from Mella’s explanation, as she already made clear that it is a religion for everyone, and thus, shall also include the common ‘average’ people. But of course, if one wishes to address everyone, one has to keep it simple, so that everyone can understand it. On the other hand, one must ask, whether it takes up the noble spirit of the Indians and the aesthetic of the Greeks. This is tricky, even Zeitlin sees it, though it seems that he rather rejects it, because Islam is too morally and religion is more than ethics. Someone who wants to lead a morally good life might be satisfied, but someone who searches for the great Indian spirit or the aesthetic of the Greeks would rather be disappointed according to him.

So he sees that Islam made an enormous contribution to humanity in the Middle Ages and in no way one could diminish the importance of Islam, but he sees that it is a very normative religion and that the religious law is extremely important to the believers. And as such, law must not ‘look good’ and it does not have to be formulated in beautiful words, but instead is formulated plain and clear, so that every follower understands and follows it. So all what the law has to do is to serve its purpose. To a certain degree, Islam has a negative view on this world, but describes a longing for the afterworld (Zeitlin, 1910, p. 99), so life in this world is rather a challenge and one is tested over one’s goodness. Mella confirms this: “Das Leid auf der Welt ist ein Ort der Prüfung, an dem Gott uns auf unsere Aufrichtigkeit, Standhaftigkeit und Gottestreue hin prüft. Darüber hinaus prüft er uns als Menschen. Denn das Leid soll den Menschen zum Handeln auffordern, ihn dazu auffordern, ein besserer Mensch auf Erden zu sein und für ein gutes Miteinander auf Gottes Erde zu sorgen.” (2017, p. 37) Anyways, she also makes clear that it is up to us as humans, whether we make this world a good or bad place, and that it is up to us to manage to live together in peace. So while Zeitlin sees the good spirit of Islam, but also attests qualitative flaws, Mella does not see the flaw in the religion, but points out that the outcome rather lies in the interpretation of the believer and whether he wants to be a good fellow human-being or not. If a believer fails to do so, one in return shall not immediately point to the religion and blame the religion. I think that the idea behind it is clear: if one Muslim conducts a crime, then we cannot say that all Muslims are criminals.

Furthermore, Zeitlin (1910, p. 101) thinks that Islam is too much focused on good and bad. According to him, probably every Surah talks of how to get to heaven and avoid hell, and how important it is to be good to get to heaven.(ibid.) Indeed, the longing for heaven is probably the main goal for the Muslim, because life on the Earth is short, but the afterlife is forever. Therefore, one shall make sure not to get to hell and be bothered by eternal pain.  That the heaven-hell dualism is a core teaching of Islam can be seen in Tantâwî’s introduction into Islam, where he writes that if one travels, one comes at a crossroad, where one has to choose between a path where everything looks bad and difficult, but which leads in fact to joy in the end or a seemingly beautiful path which in fact leads to misery: “C’est l’example du chemin du Paradis et du chemin de l’Enfer. Le chemin de l’Enfer contient tout ce qui est savoureux et réjouissant, l’âme s’y penche, la passion y encourage. […] Le chemin du Paradis comporte des peines et des difficultés, des restrictions et des frontières. […] Cependant la finalité de cette difficulté provisoire est le désir éternel au Jour dernier. Le fruit du désir passager, dans le chemin de l’Enfer, est la douleur continue dans la Géhenne.” (2002, p. 20) As Zeitlin (1910, p. 101) makes clear, the paradise is not simply an abstract place, but it is described to be beautiful and attractive. Furthermore, Islam conducts a lot of praise in its teaching for warriors taking the risk to die, just to receive eternal life, which he can enjoy once he arrives there. (ibid.) 

Meanwhile, the Christian scholastic philosophy just tried to protect theology through “gants tsveyfelhafte theoretishe argumentn” (Zeitlin, 1910, p. 102), and thus the Christian Church of the Middle Ages tried to suppress reason to solve all problems without opposition (ibid.). Islam, however, did not suppress reason which led to a perfection of its views. (ibid.) Here, we can see that Zeitlin is not islamophobic, but admits the accomplishments of Islam. He sees that Islam, like every religion, underwent a development and has a history. In the same way, he showed how Christianity developed, and while Islam got enriched over time, Christianity used the other way round and dogmatized the sciences, thus they developed rather backwards, at that time. Most Christian scholars in the Middle Ages followed the scheme that if man was not responsible for his suffering, then it would be God’s fault, but as God is justice Himself, he cannot be responsible for man’s suffering, so it must be man’s own fault.(Zeitlin, 1910, p. 103) Why does he suffer?  Because he commits sins. Why is it his own fault? Because he can act freely. (ibid.) However, some scholars did not fully choose this path and rather claimed that there are shlekhte rukhes in this world, which exist since the world’s creation.(ibid.) They are some kind of fallen angels. Augustine assumed that evil is not an independent entity, such as it was suggested by the others, but just the negative side of the good. (ibid.) Thomas Aquinath proposed that both, good and bad, are just two sides of luck (Zeitlin, 1910, p. 104). Anyways, for all the Christian scholars, it was clear that God is good and therefore just, while man is object to sins.(ibid.)

The Islamic scholars were also bound to their faith, but as they lived under more liberal cirucmstances, they could bring forth whole systems of thoughts. However, “tsvishen di arabishe hokhmim hoben zikh gefunen emese pesimisten. Der filosof un poet al-razi hot beshlosen, az der mensh iz geboyren gevoren nor tsores un vehtogen ibertsutrogen, un az far ihm volt fiel beser zayn gornisht beshafen tsu vern“ (ibid.). Some Islamic scholars were rather optimistic than pessimistic and affirmed life: “zey hoben gut beobakhtet di vunder fun der natur un ihre ferborgenishen, zey hoben tief durkhgeshtudirt di kluge ordnung” (Zeitlin, 1910, p. 106) Some also came to the conclusion that God is good, but we do not always understand God’s plan, as it keeps covered to us. (ibid.) Some of those who were influenced by the Aristotelians rather thought that God does not bother himself with the small things, and thus only cares about the universals, but not the particulars, so these scholars also focused only on the big picture: “dos eyntselne […] hot far ihr keyn badaytung nisht”. (ibid.) Additionally, there were some scholars who made clear that there is no coincidence and thus, God determines everything (Zeitlin, 1910, p. 107). And the Mutazila went so far to claim that God is wholly good and just – as such, He takes care of everything, even the little worms in the mud, and when a fly gets caught by a spider or a mouse is caught by the cat, then it is according to God’s plan and no evil. (ibid.)

So to put it in a nutshell, while Christianity in Europe was very dogmatic in the Middle Ages and rather a tool for the church than for free thinking, a lot of different views evolved in the Islamic places at that time. Though Islam focused very much on ethics, and therefore on regulation, so that it lacks the classical spirit, its philosophical output is enormous and made the Islamic world blossoming. One reason for this was the possibility of Muslim scholars to express their views freely, which is why the schools of that time are so diverse. Muslim scholars studied the Greek classics and adjusted it to the monotheism of Islam. Avicenna saw his Aristotelianism to be in accordance with the Quran, though in fact, he rather builds up his thoughts on his reasoning rather than on the revelation. In contrary, Christian philosophers of that time had to be very careful not to get in contradiction with the revelation and official theological line in their reasoning. 

Literature:

Mella, Lava: Die Rolle des Menschen in der weltlichen Ordnung – aus islamphilosophischer Perspektive. Journal of Ethnophilosophical Questions and Global Ethics 1 (1), 2017, pp. 35-40.

Tantâwî, ‘Ali: Connaître l’Islâm. Traduit de l’arabe par Ahmed Miske. Jedda: Dâr Almanâra, 2002.

Zeitlin, Hillel: Dos problem fun guts und shlekhts bay Yuden un bay andere felker: filozofish-historishe obhandlung. Unter der redaktsie fun oytor ibersetst durkh Ber Karlinsky. Varshe: Veltbibliotek, 1910.

Published on 23 January 2021.

Le jardin d’Eden selon la Bible

Ecrit par Timo Schmitz. Traduit du chinois par l’auteur lui-même. Titre original: Yidianyuan de gushi. [25 août 2020]

Genèse 2: 8 : « Puis l’Éternel Dieu planta un jardin en Éden, du côté de l’orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé. » (LSG) Que signifie exactement Eden? En hébreu, il y écrit «gan ve-eden» à ce point, et nous pouvons supposer que l’Eden est un lieu. Comme Ramban l’a noté, Dieu n’a pas pris les arbres d’un autre endroit pour les transplanter en Eden. Au contraire, les arbres existaient déjà à cet endroit et il a choisi le lieu pour y cultiver un jardin. Chizkuni a noté que Dieu a créé Adam à l’extérieur du jardin pour lui montrer que tout était envahi d’épines et d’arbustes, puis Il l’a placé dans le beau jardin. Le Targum Jonathan écrit que Dieu a planté le jardin pour les justes avant sa création. Alors que la Torah laisse ouverte la possibilité que le jardin d’Eden existe dans ce monde, le rédacteur araméen a interprété que le jardin existait avant la terre et par conséquent il a considéré la création de la terre comme le résultat de l’expulsion du paradis.

«L’Éternel Dieu fit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal.» (Genèse 2: 9 LSG) Il y a des savants qui croient que l’arbre de la vie et l’arbre de la connaissance du bien et du mal ne sont pas deux arbres différents, mais qu’ils sont tous les deux au même endroit, au milieu d’Eden. Il s’agirait alors d’un arbre qui sortait en deux parties, et portait une fois les fruits de la connaissance du bien et du mal et une autre fois ceux qui mènent à l’immortalité. Et «Un fleuve sortait d’Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras.» (Genèse 2:10 LSG) Radak mentionne qu’Adam a été chargé par Dieu de protéger le jardin des intrus. Le fleuve existe pour l’aider et les quatre branches servaient à arroser le jardin.

«Le nom du premier est Pischon; c’est celui qui entoure tout le pays de Havila, où se trouve l’or. L’or de ce pays est pur; on y trouve aussi le bdellium et la pierre d’onyx.» (Genèse 2: 11-12 LSG) Selon Rachi, le Pischon répresente le Nil et le pays de Havila représente l’Egypte. Mais loin de tous les savants sont d’accord avec ce point de vue. Radak suggère qu’Havila se trouve à proximité immédiate du jardin d’Eden et est donc particulièrement privilégiée. Chizkuni se demande qu’est-ce qu’est l’implication du fait que l’or du pays est bon? Cela indique sa pureté, ce qui est plus que logique pour lui, car l’or dans le jardin d’Eden est bon et par conséquent l’or à Havila doit également être bon.

«Le nom du second fleuve est Guihon; c’est celui qui entoure tout le pays de Cusch. Le nom du troisième est Hiddékel; c’est celui qui coule à l’orient de l’Assyrie. Le quatrième fleuve, c’est l’Euphrate.  » (Genèse 2: 13-14, LSG) Selon Radak, le Guihon coule de l’Éthiopie vers la Méditerranée. Ainsi, le Guihon pourrait être le Nil au lieu de Pischon. Certains chercheurs considèrent donc le Pischon comme l’Indus. En réalité, cependant, nous ne savons toujours pas de quelles deux rivières il s’agit réellement. Mais nous connaissons le troisième et quatrième fleuve. Le Hiddékel représente le Tigre et le quatrième fleuve est encore appelé l’Euphrate aujourd’hui.

«L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.» (Genèse 2: 15-17 LSG) Rachi souligne que Dieu n’a pas pris l’homme littéralement, mais l’a placé dans le jardin en lui demandant poliment d’y entrer. Sforno explique que les gens devraient manger les fruits dans le jardin pour qu’ils ne se dessèchent pas, car il faisait très chaud dans le jardin. Sforno suggère également qu’il y avait des saisons différentes et qu’on devrait manger des fruits différents selon la saison. Chizkuni indique clairement que «tu mourras» signifie que l’homme deviendrait alors mortel. Rabbeinu Bahya note que Dieu lui a donné ici deux commandements, un est positif et l’autre négatif. Le commandement positif était l’annonce qu’il pouvait manger tous les fruits du jardin. Le commandement négatif, c’était l’interdiction, la restriction qu’il n’était pas autorisé à manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Dans le texte hébreu, les mots «manger» et «mourir» sont répétés deux fois de suite. Selon le commentaire de Schmitz sur Genèse 2, il s’agit probablement d’une forme grammaticale très ancienne pour souligner quelque chose. L’Or HaChaim, d’autre part, suggère que le doublement indique qu’Adam a également informé Eve des commandements. En plus, dans le Targum Jonathan, le troisième fleuve s’appelle Diglath. Enfin, cette variante suggère que l’homme a été formé par la montagne d’adoration [מִן טַוָר פּוּלְחָנָא].

«L’Éternel Dieu dit: Il n’est pas bon que l’homme soit seul; je lui ferai une aide semblable à lui. L’Éternel Dieu forma de la terre tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les fit venir vers l’homme, pour voir comment il les appellerait, et afin que tout être vivant portât le nom que lui donnerait l’homme. Et l’homme donna des noms à tout le bétail, aux oiseaux du ciel et à tous les animaux des champs; mais, pour l’homme, il ne trouva point d’aide semblable à lui.» (Genèse 2: 18-20 LSG) Rachi écrit que chaque animal avait déjà un partenaire, mais Adam était seul. Puisque seul Dieu peut exister pour lui-même, Adam avait besoin d’un partenaire. Rachi continue en disant que si Adam est bien à elle, elle l’aidera, mais s’il est mauvais envers elle, elle se battra contre lui. Sforno note qu’une personne ne peut pas s’acquitter seule de toutes les tâches et a donc besoin d’une aide pour la soutenir. Elle devrait être comme lui, alors aussi d’une image de Dieu. Chizkuni explique que Dieu pensait toujours à donner une partenaire à Adam. Cependant, Dieu a voulu lui donner la chance de choisir lui-même son assistant et ainsi Dieu l’a laissé nommer les animaux à voir qui lui conviendraient. Mais personne n’a pu être trouvé à la hauteur de ses yeux. Rachi explique à Genèse 2:20 que Dieu lui a montré un mâle et une femelle de chaque animal, et Adam s’est finalement plaint qu’il n’avait pas encore de partenaire. Par conséquent, Dieu a mis Adam dans un sommeil profond (Genèse 2:21) pour créer sa compagne.

«Alors l’Éternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place.L’Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme. Et l’homme dit: Voici cette fois celle qui est os de mes os et chair de ma chair! on l’appellera femme, parce qu’elle a été prise de l’homme.C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.L’homme et sa femme étaient tous deux nus, et ils n’en avaient point honte. » (Genèse 2: 21-25 LSG) L’androgyne Adam était ainsi divisé au milieu, de sorte que l’homme et la femme existaient séparément pour la première fois. Chizkuni se demandait pourquoi Dieu n’avait pas créé Eve depuis le début? Il répond que Dieu savait qu’autrement Adam blâmerait Eve pour ses propres fautes et placerait toute responsabilité sur la femme. Alors Dieu a attendu qu’Adam veuille explicitement un partenaire. Radak et Chizkuni soulignent tous deux que le sommeil a servi à empêcher Adam de ressentir de la douleur pendant que Dieu créait son partenaire. Rabbeinu Bahya pense qu’avec la création des femmes, Satan a également été créé, mais je ne vois aucune preuve pour cette thèse. Rabbeinu Bahya se réfère à Bereshit Rabbah 17: 6 que le Samech en tant que symbole de Satan n’a pas été précédemment utilisé en relation avec les humains. C’est donc une explication du mysticisme des lettres.

Quand Dieu a présenté Eve à Adam, Adam l’a appelée «ishah» parce qu’elle a été créée hors de l’homme, en hébreu: ish. Le terme «femme» en hébreu signifie qu’elle est provenue de l’homme. Sforno souligne que la deuxième partie de la phrase dit qu’un homme devrait sortir pour trouver un partenaire compatible avec lui, qui puisse être son compagnon constant afin de vivre avec elle en permanence. Radak convient qu’un homme devrait déménager pour fonder sa propre famille. L’accent est mis ici sur le commandement de se reproduire et de peupler la terre. Schmitz a déjà écrit plusieurs articles sur la signification de l’acte sexuel et a souligné que dans le judaïsme, toute forme de rapport sexuel légal est bonne et n’a rien de mauvais à ce sujet. En plus, l’acte sexuel (s’il y est légal) est une expression de Dieu, et le divin ne peut en aucun cas être mauvais. Rachi écrit qu’aucun d’eux ne connaissait la différence entre le bien et le mal et n’avait donc pas honte. Radak, pour sa part, pense que c’est une indication que les deux n’ont pas eu de relations sexuelles parce qu’ils n’ont pas encore eu de désir l’un pour l’autre. Pour cette raison, la caractéristique distinctive des organes sexuels ne les intéressait pas et ils n’avaient pas honte. Mais je pense plutôt que Rachi a raison, car Adam et Eve ne pouvaient pas encore faire la distinction entre le bien et le mal, et cela veut dire qu’ils n’étaient pas encore civilisés. Il ne s’agit donc pas du tout des organes sexuels ou de l’acte sexuel, mais la nudité représente la non-civilisation dans ce cas.

Dans le troisième chapitre le serpent est présenté. Bien que ce chapitre soit bien connu, je pense que c’est parfois l’un des passages les plus mal compris de la Bible hébraïque. La première question qui se pose est de savoir qui est le serpent? Le mot hébreu est « nahach ». Il est à comprendre de manière plus figurative, car le serpent est un symbole traditionnel. Il représentait le mal chez les anciens Grecs de même qu’en Mésopotamie. Car s’il avait été une vraie bête, elle aurait dû être plus intelligente que l’homme, qui était déjà la couronne de la création. Certains chercheurs disent que le serpent ici représente la tentation sexuelle, mais même cela est peu probable parce que le sexe n’est pas mauvais et Dieu a commandé d’avoir des relations sexuelles. L’acte sexuel n’est donc pas interdit! C’est plus intéressant que la «chute dans le péché» soit une invention chrétienne, le judaïsme ne le connait pas. Le commentaire de Schmitz sur Genèse 3 (2018) compare les positions de Rabbeinu Bahya et de Rachi. Rabbeinu Bahya est d’avis que Satan a été créé avec les femmes parce que Satan a besoin d’un médium et c’est pourquoi elle est personnifiée méchante, alors que Rachi voit dans le serpent une grandeur et un génie spéciaux, par lesquels le désir de ce génie d’être toujours plus grand conduirait finalement à une grande chute. Rachi note également que Dieu n’a pas interdit de toucher le fruit et Eve a donc falsifié le commandement. Cependant, Schmitz a noté que Rachi ne voit pas un parallèle satanique comme avec Rabbeinu Bahya.

Le serpent explique à Eve que Dieu lui a interdit de manger du fruit parce qu’il était jaloux et ne tolérerait personne à côté de lui et quiconque en mangerait deviendrait comme un dieu lui-même. Il convient de souligner que le serpent ne ment pas, car celui qui mange du fruit obtient la capacité d’expérimenter la perspicacité divine. Finalement, Eva prend une partie du fruit et lui donne aussi à manger à son mari. Voici le dilemme: Adam doit empêcher que Eve fasse cela, mais comme il ne connaît pas encore lui-même la différence entre le bien et le mal, il ne peut pas le faire. A ce stade, deux choses doivent être considérées: l’origine de l’histoire et le sens. L’origine de l’histoire réside dans l’épopée de Gilgamesh de Mésopotamie. Le motif principal de l’histoire est l’apprivoisement d’un sauvage. En ce qui concerne le sens, on a toujours supposé au Moyen Âge chrétien que le symbolisme était l’acte sexuel. Mais cela n’a probablement servi que pour le chrétien qui soutient que le sexe est un péché. Dans la tradition juive, cependant, cette notion n’existe pas. Et il est peu probable que ce passage se rapporte à l’acte sexuel, car Adam et Eve auront eu des relations sexuelles fréquemment et Dieu a béni cet acte. Sadlacek (2011: 217) suppose donc qu’il y a un excès de consommation. Spencer (2006: 26), d’autre part, souligne que le mot pour le désir à ce stade de l’original est «hamad», ce qui indique qu’il s’agit de quelque chose qui est rare et donc précieux. Avec ces informations, l’acte sexuel est probablement exclu en tant que sens réel. Rachi écrit que l’expression «et leurs yeux ont été ouverts» exprime une forme d’intelligence et ne se limite pas à la vision réelle. Schmitz souligne que même dans les discours islamiques, par exemple chez Al-Ghazali, ouvrir les yeux signifie une compréhension plus profonde de la connaissance. A mon avis, le fait que les gens créent ensuite des vêtements à partir de matériaux primitifs est un premier signe de civilisation, dont parle le texte.

«Mais l’Éternel Dieu appela l’homme, et lui dit: Où es-tu? Il répondit: J’ai entendu ta voix dans le jardin, et j’ai eu peur, parce que je suis nu, et je me suis caché. Et l’Éternel Dieu dit: Qui t’a appris que tu es nu? Est-ce que tu as mangé de l’arbre dont je t’avais défendu de manger? » (Genèse 3: 9-11 LSG) La question où Adam se trouve n’est bien sûr que rhétorique et Dieu savait bien sûr où il se cache, mais il lui demandé pour donner une chance à Adam pour admettre la raison pour laquelle il s’est caché. Rachi voit également la question comme un moyen d’entamer une conversation avec Adam sans lui faire peur. Sforno souligne qu’Adam s’est montré ouvertement dans le jardin dans le passé et on n’avait pas besoin à lui chercher. La troisième question est également rhétorique et ne fait qu’étayer la deuxième question. Rachi pense que la vraie préoccupation derrière cela se trouve « quand » est-ce qu’il a compris que la nudité était une honte. Sforno y voit la vraie question, « qui t’a révélé la différence entre le bien et le mal? » Et comme les savants le craignaient, l’homme a d’abord pointé son doigt vers la femme.

La femme a souligné que le serpent l’avait incitée. «L’Éternel Dieu dit au serpent: Puisque tu as fait cela, tu seras maudit entre tout le bétail et entre tous les animaux des champs, tu marcheras sur ton ventre, et tu mangeras de la poussière tous les jours de ta vie. Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon. » (Genèse 3: 14-15 LSG) Bereshit Rabbah 20: 5 écrit que le serpent avait des pattes, mais celles-ci ont maintenant été coupées. Sforno souligne que le serpent ne peut désormais répondre à tous ses besoins et désirs qu’en ressentant plus de douleur que les autres animaux. Rachi dit que le serpent voulait qu’Adam mange le fruit en premier pour qu’Adam aille mourir et que le serpent ait Eve pour lui-même, mais il devait parler à Eve parce qu’elle était plus faible qu’Adam. Schmitz a déjà souligné dans plusieurs articles que la jalousie est l’un des leitmotivs du livre de la Genèse, de sorte que cette interprétation n’est pas absurde dans le contexte du livre.

« Il dit à la femme: J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi.» (Genèse 3:16, LSG) Ce passage célèbre illustre le châtiment de la femme, mais immédiatement le châtiment de l’homme suit : « Il dit à l’homme: Puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre: Tu n’en mangeras point! le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.»(Genèse 3: 17-19, LSG) Comme on peut voir clairement, le châtiment pour l’homme est plus sévère. Je pense cependant que le texte sur les châtiments est essentiellement historique et ne doit pas être compris littéralement. Il existe de nombreux discours différents à ce sujet qui ne peuvent pas être discutés en détail ici.

Adam a maintenant appelé sa femme Chava pour le fait qu’elle est la mère de toute vie, car vie en hébreu c’est « Chay » [Le nom vient de l’hébreu en grec puis du grec au latin « Heva », mais de temps en temps, il s’est chagé à Eva, et donc, Eve]. «L’Éternel Dieu fit à Adam et à sa femme des habits de peau, et il les en revêtit. L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empêchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Éden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris. C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit à l’orient du jardin d’Éden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie. » (Genèse 3: 21-24, LSG) Alors qu’il est communément enseigné que l’homme a été chassé du paradis par Dieu, le Zohar adopte une approche révolutionnaire, comme l’explique Daniel Matt. Selon le Zohar, l’homme a banni Dieu du paradis et ce qui signifierait que nous vivons toujours au paradis.[Et c’est pourquoi les fleuves et les pays qui sont décrits peuvent être trouvés sur Terre.] A cause des nombreuses catastrophes dans le monde et les atrocités qui se trouvent à notre planète, beaucoup de gens cherchent le chemin du retour vers Dieu, de sorte que l’on aspire à la connexion perdue.

Littérature:

Gnosis – Secrets of the Kabbalah. Uploaded by Raphael Panameno, 22 March 2013. https://www.youtube.com/watch?v=ppT8JK1loSg, retiré le 9 juin 2018.

Spencer, Stephen John: The Genesis Pursuit. Sans lieu: Xulon Press, 2006.

Sadlacek, Tomas: Economics of Good and Evil – The Quest for Economic Meaning from Gilgamesh to Wall Street. New York: Oxford University Press, 2011.

Publié le 17 janvier 2021.

La deuxième création dans la Genèse

Ecrit par Timo Schmitz. Traduit du chinois par l’auteur lui-même. Titre original : « Chuangshiji de di’erfen chuangzuo baogao » [3 juillet 2020]

Genèse 2: 4-7 dit: «Voici les origines des cieux et de la terre, quand ils furent créés. Lorsque l’Éternel Dieu fit une terre et des cieux, aucun arbuste des champs n’était encore sur la terre, et aucune herbe des champs ne germait encore: car l’Éternel Dieu n’avait pas fait pleuvoir sur la terre, et il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol. Mais une vapeur s’éleva de la terre, et arrosa toute la surface du sol. L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. » (LSG) Cela ressemble à une répétition, car nous le savons déjà du chapitre 1. J’ai déjà mentionné que la Genèse se compose d’une source du nord et du sud. Le nord invoque Dieu « Elohim » et le sud parle de « Yahweh ». Le texte du nord peint une image abstraite de Dieu, tandis que le texte du sud dépeint un Dieu personnel qui parle aux gens. Le rédacteur final du livre de la Genèse a extrait des éléments de ces deux textes sans se soucier aux contradictions et des répétitions de son texte. Après le premier rapport, le deuxième commence simplement, mais il ne commence plus depuis le début, par exemple la terre existe déjà et sa création n’est pas mentionnée une deuxième fois !

D’un autre côté, les scientifiques croient aujourd’hui qu’il ne suffit pas d’utiliser le nom de Dieu comme base pour identifier la source. Selon eux, chaque source utilise de nombreux noms de Dieu sans vraiment prêter attention à leur usage originel. Par conséquent, il doit y avoir d’autres normes pour identifier la source. Il est clair, cependant, que dans le quatrième verset de ce chapitre, le paradigme a soudainement changé et une deuxième source commence. L’apparition soudaine de la source montre également que le deuxième texte a été fortement édité dès le début. Traditionnellement, cette section était assignée à la source J (dérivée du nom Yahweh). Cependant, cette source a un problème : on pense qu’elle contient l’histoire de la création, l’histoire des ancêtres (bien que l’histoire de Jacob n’ait probablement pas été incluse à l’origine) et l’exode. Mais soudain, l’histoire de la source J s’arrête et disparaît. En d’autres termes : l’histoire s’interrompt soudainement au milieu et n’est pas tout racontée.

Voir aussi

Friedman, Richard: Historicity of the Exodus – The Levite Hypothesis. Biblical Criticism, 2019. https://www.youtube.com/watch?v=X69L7ij3qXk, retrieved on 7 March 2020.

Hayes, Christine: Introduction to the Old Testament (Hebrew Bible). RLST 145, Yale University, Fall 2006: Lecture 5.

Publié le 16 janvier 2021.

La création de la vie selon la Torah

Ecrit par Timo Schmitz. Traduit du chinois par l’auteur lui-même. Titre original: « Jiang shenming daidao diqu shang » [3 juin 2020]

Le rabbin Jannai a dit: «Dès le début de la création du monde, le Seigneur a prévu la conduite des justes et la conduite des méchants. Le fait que la terre soit désolée et vide ‘implique les actes des méchants’. ‘Et Dieu a dit que la lumière soit’ se réfère aux justes. ‘Et Dieu a vu que la lumière était bonne’ se réfère aux justes. ‘Dieu a séparé la lumière des ténèbres’ signifie entre les justes et les méchants. ‘Dieu appelle la lumière le jour’ se réfère aux actes des justes et ‘appelle les ténèbres la nuit’ se réfère aux actes des méchants. »(Bereshit Rabbah 3: 8) Ce serait une exposition allégorique du mythe de la création dans lequel la lumière représente le bien et les ténèbres représentent le mal. Alternativement, il peut également faire référence à la formation de matière. Nous avons déjà attiré l’attention sur les similitudes du texte avec le taoïsme et l’aristotélisme. Avicenne a également confirmé que l’essence existe pour elle-même et donc Dieu est l’exception parce que son essence signifie aussi son existence. [Les autres choses existent seulement en essence et ils doivent devenir en existence. Alors, l’essence et l’existence sont séparées.]

«Dieu dit: Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux.» (Genèse 1: 6 LSG) Pourquoi avons-nous besoin d’une «étendue»? Nous savons que tout se bouge. C’est la même chose entre le ciel et la terre. Tout est en mouvement. La terre est déjà formée, mais le ciel est encore instable. Le savant juif Rachi l’a confirmé. «Et Dieu fit l’étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et cela fut ainsi.»(Genèse 1: 7 LSG) Ibn Esra a dit:« Et cela fut ainsi signifie que la pensée de Dieu s’est réalisée ». Rachi a demandé pourquoi la Torah n’écrivait pas «et c’était bien» à ce stade. Il répond que lorsque la Torah écrit «et que Dieu a vu que c’était bien», cela signifie que quelque chose est accompli. Cependant, la création du ciel par Dieu n’est pas encore achevée. Ramban a clairement indiqué que Dieu «fait» le ciel et non le «créa». Nous nous souvenons que la création signifie que quelque chose est séparé de quelque chose qui existe déjà, tandis que «faire» signifie que quelque chose de nouveau est produite à partir de rien (cf. le Sefer Ha-Bahir)

«Dieu appela l’étendue ciel. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le second jour.» (Genèse 1: 8 LSG)  Ibn Ezra nous a fait savoir que les phrases suivantes renvoient à cette phrase. «Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Et cela fut ainsi. Dieu appela le sec terre, et il appela l’amas des eaux mers. Dieu vit que cela était bon. »(Genèse 1: 9-11 LSG) Nous considérons maintenant les progrès du ciel et de la terre séparément. Ibn Ezra a précisé que l‘eau est écrite en pluriel « les eaux » car aucun océan ne peut englober la terre entière.

«Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l’herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre. Et cela fut ainsi.La terre produisit de la verdure, de l’herbe portant de la semence selon son espèce, et des arbres donnant du fruit et ayant en eux leur semence selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le troisième jour.»(Genèse 1: 11-13 LSG) Dans le Midrash, il est écrit: « Il a été enseigné au nom de R. Nathan que trois d’entre eux ont pris part au procès, mais quatre sont sortis coupables. Adam, Eve et le serpent sont entrés dans l’épreuve, mais la terre a également été punie (…) Pourquoi la terre fut punie? R. Judah b R. Shalom a dit: Parce qu’elle n’a pas obéi au commandement de Dieu. » (Bereshit Rabbah 5: 9.) Selon cette interprétation, toutes sortes d’herbes devraient être utilisées comme nourriture, mais puisque nous ne pouvons pas manger toute l’herbe et que tous les arbres ne portent pas du fruit, donc, le commandement de Dieu ne fut pas obéi. D’autres savants nient cette explication et disent que tout ce que Dieu a dit l’était également et qu’il n’y a donc rien de mal avec la création.

«Dieu dit: Qu’il y ait des luminaires dans l’étendue du ciel, pour séparer le jour d’avec la nuit; que ce soient des signes pour marquer les époques, les jours et les années; et qu’ils servent de luminaires dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre. Et cela fut ainsi. Dieu fit les deux grands luminaires, le plus grand luminaire pour présider au jour, et le plus petit luminaire pour présider à la nuit; il fit aussi les étoiles. Dieu les plaça dans l’étendue du ciel, pour éclairer la terre, pour présider au jour et à la nuit, et pour séparer la lumière d’avec les ténèbres. Dieu vit que cela était bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le quatrième jour.» (Genèse 1: 14-19)  En ce qui concerne la mention qu’ils sont« des lumières dans l’étendue du ciel », Rachi remarque que le but du ciel brillant est qu’il devrait illuminer le monde. Ramban a déclaré: «La lumière est générée le premier jour et brille sur les éléments. Quand le ciel s’est fait le lendemain le deuxième jour, il a bloqué la lumière et l’empêchait de briller sur les éléments inférieurs. Donc, le troisième jour, il faisait sombre et il n’y avait pas de lumière. Et maintenant, le quatrième jour, Dieu, qu’Il soit béni, a voulu qu’il y ait de la lumière dans le ciel qui atteigne la terre. » Haamek Davar a écrit: « Selon leurs mouvements, il y a une division entre le jour et la nuit. Il y a aussi l’aube et le crépuscule qui séparent les fins de journée. » Maintenant, pourquoi est-ce qu’une lumière est grande et l’autre petite ? Rachi a dit: «Au début, ils étaient de la même taille, mais la lune se plaignit et rétrécit: ‘Il est impossible pour deux rois d’utiliser une couronne.’» Houlin 60b a expliqué: «Quand Dieu a créé le soleil et la lune, ils étaient tout aussi brillants. Alors la lune dit devant le Seigneur, béni soit-il: Maîtres de l’univers, deux rois peuvent-ils servir avec une couronne? L’un de nous doit être soumis à l’autre. Alors Dieu dit à la lune, si c’est comme ça, va te rétrécir. » Qu’est-ce que Houlin? On doit savoir que la première source de la loi juive est la Torah. Les déclarations de la Torah ont été interprétées oralement et transmises par les savants. Dans les périodes de persécution sévère, en particulier par les Romains, cette Torah orale a commencé à être écrite et elle est devenue une partie du Talmud. Toutes ces explications sont vraiment importantes pour comprendre la Bible parce qu’elles nous révèlent la compréhension des gens de cette époque. Bien sûr, nous n’avons pas à croire littéralement leurs paroles ces jours-ci, mais elles nous aident!

Dieu regarda la terre et découvrit qu’il n’avait pas encore créé de créatures vivantes. «Dieu dit: Que les eaux produisent en abondance des animaux vivants, et que des oiseaux volent sur la terre vers l’étendue du ciel. Dieu créa les grands poissons et tous les animaux vivants qui se meuvent, et que les eaux produisirent en abondance selon leur espèce; il créa aussi tout oiseau ailé selon son espèce. Dieu vit que cela était bon. Dieu les bénit, en disant: Soyez féconds, multipliez, et remplissez les eaux des mers; et que les oiseaux multiplient sur la terre. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le cinquième jour. » (Genèse 1: 20-23 LSG) Rachi a expliqué que les« êtres vivants » semblent avoir l’esprit de la vie en eux. Lorsque nous parlons de l’esprit ici, nous pouvons dire que nous nous rapprochons beaucoup du taoïsme. Rappelez-vous que le « Qi » juif (hébreu: ruach) a la même signification que le vent, le souffle, la vitalité et l’âme. Chizkuni a déclaré: «Toute étendue d’eau stagnante, même l’eau contenue dans de petits récipients, produira de la vie après un certain temps. Chaque forme de ‘vie’ continuera à se reproduire selon son espèce. » Haamek Davar a écrit: « Ce verset nous dit qu’au moment où Dieu prononça ces mots, plusieurs espèces apparaissaient déjà dans l’eau, ainsi que des oiseaux. Même ainsi, Dieu a continué à créer plusieurs espèces à partir des espèces qui sont apparues plus tard. Par exemple, les poulets qui sont sortis de Dieu parlant ainsi ont donné naissance à de nombreuses espèces avec les mêmes caractéristiques que le poulet. Ils sont donc tous considérés comme une seule espèce. La même chose est vraie pour tout ce qui est mentionné dans ce verset. » Dieu commence par créer la vie dans l’océan d’abord parce que l’eau est la nature de la vie. On ne peut pas survivre sans eau! « Dieu dit: Que la terre produise des animaux vivants selon leur espèce, du bétail, des reptiles et des animaux terrestres, selon leur espèce. Et cela fut ainsi. Dieu fit les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce. Dieu vit que cela était bon. Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. Et Dieu dit: Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence: ce sera votre nourriture. Et à tout animal de la terre, à tout oiseau du ciel, et à tout ce qui se meut sur la terre, ayant en soi un souffle de vie, je donne toute herbe verte pour nourriture. Et cela fut ainsi. Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le sixième jour.»(Genèse 1: 24-31 LSG)

Qu’est-ce qu’un être vivant? Il contient un nefesh. Ici nous avons un problème: nous pouvons traduire n’importe quelle Bible, mais la traduction des écritures juives est impossible à comprendre come cela, car pour comprendre la Torah, on a la nécessité d’une connaissance de base de la langue hébraïque. Sans aucune connaissance de l’hébreu, étudier ces Écritures est inutile, car on ne peut pas comprendre les calembours et les particularités linguistiques. Ils sont simplement perdus pour nous. Les chrétiens lisent aussi le Pentateuque, ce qui me surprend toujours, car les chrétiens croient que chacun peut comprendre la parole de Dieu. Mais le judaïsme semble avoir une opinion différente. Comprendre la Torah nécessite une connaissance de l’histoire d’Israël, une connaissance de base de l’hébreu et une compréhension religieuse générale des traditions antérieures de l’Occident et de l’Orient. La Torah nous séduit trop souvent par ses subtilités linguistiques, ce qui la rend si fascinante et avec ce qu’elle nous jette sous son charme. Le contexte de la grammaire est ici très important: 1. Nefesh représente les êtres vivants ou ce qui constitue la vie en tant que telle, afin que nous puissions la voir comme faisant partie de l’âme. 2. Que signifie «les animaux de la terre selon leur espèce, le bétail selon son espèce, et tous les reptiles de la terre selon leur espèce»? Ramban explique: ‘Bétail (behema): ce sont des espèces herbivores, qu’elles vivent dans des établissements humains ou à l’état sauvage. Les animaux sur terre (chayot): Les animaux carnivores sont appelés prédateurs et chassent. Les animaux rampants (remes): Rachi a écrit: «Ce sont des choses petites qui rampantes (romsim) sur le sol; ils ont l’air de se traîner.’ » On voit que les noms peuvent être attribués aux caractéristiques des animaux.

Enfin, l’homme a été créé à l’image de Dieu (Genèse 1:27). Mais si les hommes et les femmes sont créés à son image, Dieu lui-même doit être homme et femme. Donc Dieu n’est pas «il» ou «elle». Mais l’hébreu n’a pas de neutre, et pour cela on ne peut donc exprimer que deux genres. Et parce que les sociétés antérieures étaient patriarcales, le pronom personnel masculin a été choisi pour Dieu. En plus, la Torah ne dit pas que Dieu a créé les hommes et les femmes séparément, seulement que les premiers humains étaient des hommes et des femmes. Le premier humain était donc androgyne et n’a été divisé en deux que dans le chapitre 2. Rachi souligne qu’Adam avait deux visages à l’origine, mâle et femelle. En conclusion, il faut noter qu’il s’agit d’un acte créatif. Cela signifie qu’il a été créé à partir d’autres choses par séparation. Les êtres humains ont été créés de la terre, c’est pourquoi ces deux mots sont étroitement liés en hébreu (adam, adamah). A la fin de ce chapitre, Dieu a rendu tout fertile. Et donc les gens sont également fertiles et peuvent avoir des enfants. C’est pourquoi l’acte sexuel est déclaré une chose sacrée. Dans le judaïsme, les relations sexuelles légales n’ont jamais été classées comme. L’idée que les rapports sexuels sont un péché et même un mal nécessaire est chrétienne. Mais dans le judaïsme, les rapports sexuels sont une très bonne chose, c’est pourquoi un mari devra avoir de rapport sexuelle avec sa femme à chaque Shabbat.

Il y avait une histoire populaire à la fin de l’Antiquité et au Moyen Âge selon laquelle Dieu créa à l’origine un homme nommé Adam et une femme nommée Lilit. Mais les deux se sont toujours disputés et s’ont finalement divorcé. Cependant, le nom de la femme vient à l’origine du sumérien, il peut donc être basé sur des légendes sumériennes. Bien que de nombreux éléments de la langue sumérienne soient intégrés dans l’histoire de la création biblique, cette interprétation est très étrange, nous devrions donc garder l’image de l’homme androgyne comme le premier homme. Parce que la création concerne le mariage et la formation de la famille et probablement pas le premier divorce de l’histoire.

«Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée.Dieu acheva au septième jour son  oeuvre, qu’il avait faite: et il se reposa au septième jour de toute son oeuvre, qu’il avait faite.Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son oeuvre qu’il avait créée en la faisant. » (Genèse 2: 1-3 LSG)  C’est pourquoi le judaïsme croit que le septième jour de la semaine est un jour de repos et de la paix. Chaque juif ne dois pas faire de travail ce jour-là. «Que manque-t-il au monde? Silencieux! Le shabbat est venu – le reste est venu. Le travail est accompli.» (Bereshit Rabba 10: 9) Le septième jour, le shabbat, est un jour sanctifié !

Publié le 10 janvier 2021.

Interprétation du mythe de la création dans la tradition juive: Les premiers versets

Ecrit par Timo Schmitz. Traduit du chinois par l’auteur lui-même. Titre original: « Chuangshi » [2 mai 2020]

«Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre» (Gn 1: 1, LSG) C’est le début de la Torah. Dieu est comparable au Dao: « On ne peut connaître Tao simplement en en parlant. On ne peut nommer par un nom humain ce qui Provient du ciel et de la terre, Qui est la Mère de toutes choses. » (Daodejing, chapitre 1) 1. Comme le Dao, il est une force qui peut tout créer avec soin. Par conséquent, Dieu est «sagesse». Une ancienne version araméenne écrivait: «Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre avec sagesse.» (Targum Jérusalem) «Au commencement» ne signifie pas qu’il n’y avait rien avant. C’est pourquoi on ne dit pas «au début», car on est déjà dans la période initiale. Au commencement, l’espace et Dieu existaient déjà, mais pas les cieux (qui selon Gn 1: 1 sont au pluriel) et la terre. Ainsi, Dieu utilise son pouvoir pour créer de la matière avec laquelle il peut continuer à travailler. En hébreu, le mot bara est utilisé pour «créer» . Ce mot dit que Dieu fait quelque chose de nouveau à partir de quelque chose qui existe déjà. (Sefer Ha-Bahir 1:13) Bereshit bara signifie «créé au commencement» et non «fait au commencement». Selon l’interprétation ancienne, le temps ne commence qu’au début de la création, de sorte qu’aucun événement antérieur ne peut être daté dans le temps. C’est la raison pour laquelle la Torah ne peut pas non plus dire «au commencement». Cela serait déjà exprimé par le remaniement hébreu. Bereshit, en revanche, est le moment où ce qui est sans nom devient nommable. Notre Sefer Ha-Bahir souligne que le lettre hébraïque bet a la forme d’une maison. Ils sonnent également similaires parce que la prononciation du mot pour la maison est bayit. Beaucoup de gens connaissent la ville de Bethléem. Les adeptes du christianisme doivent avoir entendu parler d’elle auparavant. Mais peu de gens savent que le bet en Bethléem signifie une maison. Le mot pour bénir baruch commence également avec cette lettre. Les mystiques juifs concluent donc que la création du ciel et de la terre est un moment béni! Dieu est le bonheur parfait. Les bouddhistes et les taoïstes connaissent cette condition. Ils réfléchissent à l’amour parfait.

Cependant, la création du monde est un événement complexe. Un état chaotique doit avoir existé quand ce qui est sans nom était transformé en une entité nommable. C’est pourquoi Genèse 1: 2 dit: «La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.» (LSG) Ici, nous rencontrons l’hébreu tohuwabohu. Cela signifie que la matière et la forme se rencontrent pour que l’essence devienne existence. Il y a donc une essence avant l’existence. La seule chose qui existe pour toujours est Dieu, il est éternel. Alors nous pouvons dire que le commencement était le commencement de son chemin (Bereshit Rabbah 1: 1), mais d’où vient la création de Dieu du ciel et de la terre? Hors de Tohu et hors de Bohu! (Bereshit Rabbah 1: 5) Ainsi, la terre sans forme est en train de se former et par conséquent elle est là. Il est également mentionné que «l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux.» (Gn 1: 2). Qu’entend-on par «Esprit de Dieu»? En effet, c’est très intéressant car on rencontre le mot ruach dans le texte hébreu. Ce mot peut être traduit par vent ou souffle, car l’âme, l’esprit, est comme le vent. Donc l’esprit de Dieu est comme un vent. Les Chinois sont également conscients de cette caractéristique: Notre Qi provient de Dao. Le Dao est la racine de tout et Qi représente la vie! De cette manière, la terre est riche en force vitale !

Alors Dieu a dit: «Que la lumière soit! Et la lumière fut.»(LSG) Si Dieu veut quelque chose, il n’a qu’à le dire et cela se réalisera! Il faisait sombre avant, il faut donc qu’il fasse clair! Dans ce contexte, le savant juif Ibn Esra a cité le Psaume 33: 6 «Les cieux ont été faits par la parole de l’Eternel, Et toute leur armée par le souffle de sa bouche. » (LSG) et le Psaume 148: 5 «Qu’ils louent le nom de l’Eternel! Car il a commandé, et ils ont été créés. » (LSG) Si on lit le mot « Eternel »en français, alors en hébreu il y a souvent le nom divin Yahweh, qui est également rendu obsolète par Jéhovah. Dès qu’ils entendent le mot Jéhovah, de nombreux lecteurs peuvent penser à une organisation qui a ce mot dans leur nom. Le terme Jéhovah ne doit pas être confondu ni assimilé à cette organisation. Jéhovah était une prononciation acceptée pour la combinaison de lettres YHWH que nous supposons maintenant avoir été en fait prononcée Yahweh. C’était à l’origine l’un des nombreux dieux de l’époque polythéiste, car les anciens Hébreux avaient de nombreux dieux (par exemple El, Bal et Gad) avant que le monothéisme n’émerge plus tard. Pour plus d’informations, voir mon travail Ist der Monotheismus wirklich aus dem Polytheismus entstanden? – Eine Nachzeichnung Humes an biblischen Stellen. J’y ai également montré que la Bible a encore des traces de la période de transition, l’hénothéisme. Cela signifie que les dieux étaient assimilés au temps et il était supposé qu’ils n’étaient que des noms différents du dieu unique. Nous connaissons également le phénomène du bouddhisme dans le culte de Guanyin, dans lequel il est dit que tous les bouddhas originaux y sont reflétés. A l’origine, on écrivait des prototextes bibliques. Des siècles plus tard, un éditeur a compilé le Pentateuque à partir de textes divers et le résultat a été un monothéisme. Dans la Genèse, l’histoire du pays nord et du sud d’Israël est mélangée. Les témoignages du royaume de Judée utilisaient probablement le nom Yahweh, tandis que les témoignages du royaume d’Israël ne parlent que d’Elohim. Nous voyons donc que le premier chapitre doit être l’histoire de la création du nord.

Alors, la Bible commence son histoire de la création, mais elle ne commence pas avec le vrai début de tout. Dieu existait avant quand il n’y avait pas d’autre vie. (Sinon, il ne serait pas la première cause!) Avec la deuxième lettre, il a commencé la création de sept jours. La deuxième lettre (bet) signifie une « bénédiction ». Parce que la première lettre (alef) était en colère parce qu’il se sentait dépassé, il est donc allé vers Dieu et a dit: «Souverain de l’univers! Je suis la première des lettres, mais vous n’avez pas créé le monde avec moi! » Dieu a répondu:« Le monde et tout ce qui le comprend ont été créés uniquement dans le but de la loi. Demain, quand je viendrai au Sinaï pour révéler ma loi, je ne commencerai avec d’autre que toi. » (Bereshit Rabba 1:10) Et Dieu a tenu sa promesse, car les Dix Commandements sont introduits dans Exode 20: 2 comme «Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte» qui commence en hébreu comme ça : «  anki yahweh elohekh ». Nous voyons donc que la loi commence avec la première lettre. Après que Dieu eut créé notre terre, tout était encore dans un état chaotique et imparfait. Comme il faisait encore sombre, Dieu voulait la lumière et ce que Dieu veut devient réalité. «Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres. » (Gn 1: 4 LSG)  Certains savants juifs ont supposé que les ténèbres représentaient ici le mal et que la lumière représentait le bien. Par conséquent, l’obscurité et la lumière doivent être séparées l’une de l’autre. Parce que le monde de Dieu est bien. En conséquence, «Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit.» (Gn 1: 5 LSG). Même aujourd’hui, la lumière représente la divinité. Par exemple, lorsque nous regardons l’image d’un bodhisattva bouddhiste, nous voyons la lumière qui l’entoure. Si, par contre, il est dans des couleurs sombres, cela nous fait peur et en fait les Bodhisattva en colère sont souvent dans des tons très sombres. Après la séparation de la lumière et des ténèbres, le cycle jour et nuit peut commencer. «Ainsi, il y eut un soir, et il y eut un matin: ce fut le premier jour.» (Gn 1 :5 LSG)

Notes :

  1. LaoTseu [Laozi]: Tao Te King [Daodejing]. Édition par Vladimir Antonov, traduit par Christian Lirette. New Atlanteans, 2008.

Publié le 9 janvier 2021.

“Chassidic Philosophy, Platonism & Yogacara Buddhism” – My guest appearance in Sanjana Singh’s ‘The Naked Dialogue’

The Naked Dialogue – Hosted by Sanjana Singh (Tel Aviv, Israel)

Episode 7 with Timo Schmitz: Chassidic Philosophy, Platonism & Yogacara Buddhism